Publications du Service canadien des forêts

Drought-induced tree mortality: ecological consequences, causes, and modeling. 2012. Wang, W., Peng, C.; Kneeshaw, D.D.; Larocque, G.R.; Luo, Z. Environ. Rev. 20:109-121.

Année : 2012

Disponible au : Centre de foresterie des Laurentides

Numéro de catalogue : 34358

Langue : Anglais

Disponibilité au SCF : PDF (demande par courriel)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI (identifiant d'objet numérique) : 10.1139/A2012-004

† Ce site peut exiger des frais.

Résumé

La mortalité des arbres induite par la sécheresse, altérant rapidement la composition, la structure et le fonctionnement des écosystèmes ainsi que des rétroactions entre biosphère et climat sont fréquemment survenus partout au monde, au cours des récentes décades. Et on s’attend à ce qu’elles augmentent de façon pervasive, à mesure que le changement climatique progresse. Les objectifs de cette étude visent à (1) mettre en évidence les conséquences écologiques de la mortalité des arbres, induite par la sécheresse (2) synthétiser les hypothèses reliées à la mortalité des arbres, induite par la sécheresse (3) discuter l’implication des connaissances courantes pour la modélisation des processus de mortalité des arbres, sous l’influence du changement climatique, et (4) présenter les besoins futurs en recherche. D’abord, les auteurs mettent l’accent sur les conséquences écologiques probables de la mortalité des arbres aux échelles de l’écosystème, du biome et des continents. Ils documentent par la suite et critiquent les hypothèses multiples non exclusives de mortalité des arbres (p. ex. insuffisance d’apport en carbone; apport en carbone moindre que la demande; fracture hydraulique; dessiccation provenant d’un échec de transport de l’eau) dans une perspective écologique plus globale. Ensuite, ils étendent un modèle conceptuel du dépérissement forestier, le cadre de Manion, en considérant de nouvelles conditions environnementales émergentes, afin d’obtenir une compréhension plus complète des effets du changement climatique sur le dépérissement forestier. Les auteurs constatent qu’une augmentation de la fréquence des sécheresses et/ou des sécheresses de type « changement climatique » peut déclencher une augmentation des taux de mortalité des arbres et de sévères évènements de dépérissement forestier, accélérant ainsi la succession des espèces et des modifications des régies écologiques. La contribution de la fertilisation par le CO2, l’augmentation de la température dans l’écart optimal pour la croissance et l’augmentation du dépôt d’azote peuvent différer ou réduire cette tendance du dépérissement des arbres, mais ceci est appelé à varier entre les localités, les espèces et la dimension des arbres. Les auteurs discutent les multiples hypothèses proposées pour expliquer la mortalité des arbres induite par la sécheresse, mais le couplage avec le carbone et les cycles hydriques devrait résoudre le débat. L’absence d’une compréhension physiologique des mécanismes de mortalité limite le pouvoir prédictif des modèles courants, allant des modèles basés sur les processus à l’échelle du peuplement aux modèles de dynamique globale de la végétation. Les auteurs suggèrent que les observations, les expérimentations et les modèles à long terme devraient être étroitement interreliés au cours des processus de recherche, afin de mieux prédire le climat futur et évaluer ses impacts sur les forêts.

Dernière mise à jour :