Publications du Service canadien des forêts

A new multicriteria risk mapping approach based on a multiattribute frontier concept. 2013. Yemshanov, D.; Koch,F.H.; Ben-Haim, Y.;Downing, M.; Sapio, F.; Siltanen, M. Risk Analysis 33:1694-1709.

Année : 2013

Disponible au : Centre de foresterie des Grands Lacs

Numéro de catalogue : 34326

La langue : Anglais

Disponibilité au SCF : PDF (demande par courriel)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI : 10.1111/risa.12013

† Ce site peut exiger des frais.

Sélectionner

Résumé en langage clair et simple

Les cartes des risques associés aux espèces envahissantes fournissent une orientation générale quant aux secteurs où il faut affecter des ressources de surveillance et de réglementation des ravageurs. Toutefois, elles présentent souvent des éléments de risques individuels (tels que l’adaptation climatique, l’abondance des hôtes ou le potentiel d’introduction) en tant qu’entités indépendantes, lesquels sont intégrés à l’aide de techniques qui nécessitent habituellement des connaissances préalables de leur importance. De tels renseignements sont souvent inexistants dans le cas des ravageurs envahissants. Nous proposons donc une nouvelle approche pour créer des cartes des risques intégrés et pour appliquer une nouvelle méthode multicritères qui intègre les critères de risques individuels en trouvant une frontière multiattribut dans les dimensions des critères individuels. Cette approche aide en regroupant plusieurs aspects des risques d’envahissement par des ravageurs en un seul paramètre unidimensionnel, que l’on peut ensuite utiliser pour prioriser les diverses mesures à prendre en matière de surveillance et de gestion. Les risques intégrés sont estimés en tant que frontières multiattributs ultérieures dans les dimensions des critères de risques individuels. Nous démontrons l’approche avec l’exemple de l’Agrilus biguttatus Fabricius, un ravageur à risque élevé qui pourrait menacer les forêts de chênes nord-américaines dans un avenir rapproché. Puisant dans les données américaines et canadiennes, nous comparons le rendement du classement multicritères à une technique d’agrégation de modèles linéaires pondérés de calcul de moyenne en présence d’incertitudes. Les deux méthodes permettent de délimiter les régions géographiques semblables à risques élevés et faibles. En général, l’agrégation fondée sur la délimitation de frontières d’efficience multiattributs peut s’avérer utile pour prioriser les risques prévus associés aux ravageurs envahissants.