Publications du Service canadien des forêts

Moving towards carbon neutrality: CO2 exchange of a black spruce forest ecosystem during the first 10 years of recovery after harvest. 2012. Coursolle, C., Giasson, M.-A., Margolis, H.A., Bernier, P.Y. Can. J. For. Res. 42: 1908–1918.

Année : 2012

Disponible au : Centre de foresterie des Laurentides

Numéro de catalogue : 34297

Langue : Anglais

Disponibilité au SCF : PDF (demande par courriel)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI (identifiant d'objet numérique) : 10.1139/x2012-133

† Ce site peut exiger des frais.

Résumé

Les perturbations contrôlent la dynamique du C à l’échelle du paysage dans les forêts boréales mais la dynamique du C après perturbation est généralement mal quantifiée. Dans cette étude, nous avons utilisé des mesures de flux de CO2 prises pendant 10 ans après une coupe à blanc dans une forêt boréale d’épinette noire (Picea mariana (Mill.) B.S.P.) située dans l’Est du Canada dans le but d’estimer le temps nécessaire pour atteindre la neutralité en C, de quantifier le rôle de la respiration relativement à celui de la photosynthèse durant la période de récupération et de vérifier la concordance entre les flux cumulés de CO2 et les changements dans le contenu en C à l’échelle de la place ette échantillon. Le site était une source nette de 139 g C·m-2·an-1 2 ans après la récolte, puis une source plus importante de 173 g C·m-2·an-1 4 ans après la récolte suite à un scarifiage et avait presque atteint la neutralité en C 10 ans après la récolte. La productivité brute de l’écosystème a augmenté de 50 g C·m-2·an-1 après le scarifiage tandis que la respiration de l’écosystème a augmenté de seulement 23 g C·m-2·an-1. Il en résulte un taux d’augmentation de la productivité nette de l’écosystème de 27 g C·m-2·an-1 dû à l’augmentation de la surface foliaire. En fait, la repousse de la végétation a eu un impact beaucoup plus grand sur les flux annuels que la variabilité interannuelle du climat. Les mesures de nature biométrique des pertes de C total après la récolte correspondent relativement bien aux estimations basées sur la covariance des turbulences 8 ans après la récolte.

Dernière mise à jour :