Publications du Service canadien des forêts

Fine-root dynamics change during stand development and in response to thinning in balsam fir (Abies balsamea L. Mill.) forests. 2012. J. Olesinski; M.B. Lavigne; J.A. Kershaw, Jr.; M.J. Krasowski. Forest Ecology and Management 286: 48-58.

Année : 2012

Disponible au : Centre de foresterie de l'Atlantique

Numéro de catalogue : 34212

La langue : Anglais

Disponibilité : PDF (demande par courriel)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI : 10.1016/j.foreco.2012.08.047

† Ce site peut exiger des frais.

Sélectionner

Résumé

Les radicelles jouent un rôle important pour la productivité de la forêt et le cycle du carbone. Or, on en connaît peu la dynamique au cours du développement des peuplements ou la réponse à l’aménagement forestier. À l’aide de la méthode du minirhizotron, nous avons mesuré la production de radicelles (PPNr), la mortalité (Mrr) et la culture sur pied à la fin de la campagne (CPr) sur une période de 5 ans dans des peuplements de sapin baumier (Abies balsamea (L.) Mill.) représentant une chronoséquence après coupe à blanc et où des coupes d’éclaircie avaient aussi été pratiquées, parmi les peuplements jeunes et vieux. Nous avons appliqué la régression apparemment indépendante pour maintenir le bilan massique entre les éléments de la dynamique des radicelles afin d’étudier les liens entre le développement du peuplement et les réponses à l’éclaircie. Le modèle statistique final explique 58 % de la variation de la dynamique des radicelles, n’emploie pas l’âge du peuplement pour expliquer les différences de PPNr et s’appuie sur l’âge du peuplement pour expliquer les différences de Mr. Dans les années suivant immédiatement la coupe à blanc, la CPr a augmenté rapidement, culminant après environ 10 ans, puis diminuant lentement tandis que le peuplement approchait de la maturité. Dans les premières années, tandis que la CPr augmentait, la PPNr progressait aussi, pour demeurer ensuite à peu près constante. Nous attribuons l’augmentation rapide de la CPr au début à l’existence d’une vigoureuse régénération préexistante et de taux relatifs élevés de production des radicelles, et son lent recul après avoir atteint un maximum à l’augmentation des taux relatifs de mortalité. Dans un peuplement au stade de perchis, la CPr s’est rétablie 5 ans environ après l’éclaircie, en raison du taux relatif accru de la production de radicelles et des faibles taux de mortalité. Par contraste, la CPr ne s’est pas rétablie après l’éclaircie d’un peuplement semi-mûr, parce que la production relative de radicelles n’a pas augmenté. Nous avons observé durant plusieurs années une mortalité élevée après l’éclaircie qui était imputable à la mort des systèmes racinaires des arbres coupés. Il se peut que l’absence de réponse des radicelles à l’éclaircie dans les vieux peuplements limite la réponse des éléments aériens.