Publications du Service canadien des forêts

When exotic poplars and native Populus balsamifera L. meet on the Canadian Prairies: Spontaneous hybridization and establishment of interspecific hybrids. 2012. Talbot, P.; Schroeder, W.R.; Bousquet, J.; Isabel, N. For. Ecol. Manag. 285:142-152.

Année : 2012

Disponible au : Centre de foresterie des Laurentides

Numéro de catalogue : 34078

Langue : Anglais

Disponibilité au SCF : Commander une copie papier (gratuite), PDF (demande par courriel)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI (identifiant d'objet numérique) : 10.1016/j.foreco.2012.07.036

† Ce site peut exiger des frais.

Résumé en langage clair et simple

Dans les Prairies canadiennes, les peupliers baumiers se retrouvent par îlots; l’écologie de cette essence est donc influencée par cette fragmentation de l’habitat. Ces peupliers indigènes se croisent-ils naturellement avec des peupliers exotiques, qui sont souvent utilisés comme haies brise-vent? Comme la génétique permet d'identifier les parents d'un hybride, il a donc été possible pour les chercheurs de répondre à la question et de déterminer que le taux d'hybridation entre les peupliers indigènes et les peupliers exotiques est de 2 % et moins.

Les chercheurs ont étendu leurs travaux à d’autres populations et ils ont découvert que le succès de l’hybridation serait largement attribuable aux graines des peupliers femelles exotiques. La zone potentielle d’hybridation se trouve ainsi réduite, car c’est le pollen des arbres mâles qui possède la plus grande capacité de dispersion.

L'étude de spécimens d'herbier confirme la présence de caractères exotiques chez des peupliers baumiers de l’Ouest canadien depuis 40 ans.

Dernière mise à jour :