Publications du Service canadien des forêts

Using the carbon budget model of the Canadian forest sector (CBM-CFS3) to examine the impact of harvest and fire on carbon dynamics in selected forest types of the Canadian boreal shield. 2012. Luckai, N.; Larocque, G.R.; Archambault, L.; Paré, D.; Boutin, R.; Groot, A. The Forestry Chronicle. 88:426-438.

Année : 2012

Disponible au : Centre de foresterie des Laurentides

Numéro de catalogue : 34043

Langue : Anglais

Disponibilité au SCF : PDF (demande par courriel)

Résumé

L’objectif de cette étude a été d’évaluer la réactivité du Modèle du bilan de carbone du secteur forestier canadien (MBCSFC3) à des scénarios d’aménagement de perturbations après récolte et feu sous trois durées de rotation (50, 100 et 250 ans) dans six types de forêts (peuplier en sol profond, épinette noire en sol profond, pin gris en sols profond et superficiel, feuillus mélangés et autres conifères en plaine. Les extrants de cinq stocks de carbone (C) ont été considérés: tiges de taille marchande (hauteur à la souche de 30 cm, dhp minimum de 9 cm et diamètre minimum de 7 cm au sommet de la tige), bois mort, C du sol, C total de l’écosystème et émissions cumulatives totales de C de l’écosystème. Les courbes de croissance ont grandement influencé les prédictions des cinq stocks. De plus longues rotations ont résulté en des stocks de C plus élevés, mais les différences relatives entre les durées de rotation ont varié selon les types forestiers. Les stocks associés avec le peuplier ont été les plus élevés, tandis que ceux du pin gris sur sol superficiel ont généralement été les plus petits. Par rapport aux valeurs initiales des simulations, le C cumulatif total et les émissions de C ont augmenté après récolte sous les rotations de 100 et 250 ans (HARV100 et HARV250, respectivement), et diminué sous la rotation de 50 ans (HARV50). Les perturbations résultant de feux ont résulté en des stocks stables de C cumulatif de l’écosystème et une diminution des émissions de C. MBC-SFC3 a prédit des valeurs réalistes de C, mais les auteurs suggèrent des développements additionnels dans la description des processus de l’écosystème, particulièrement en ce qui concerne le traitement de la respiration. En général, les auteurs recommandent que les aménagistes forestiers considèrent ultiliser une approche intégrée basée sur l’utilisation de plusieurs modèles couramment acceptés, qui ont fait leur preuve, à l’aide de logiciels intégrateurs appropriés.

Dernière mise à jour :