Publications du Service canadien des forêts

Regional patterns of postfire canopy recovery in the northern boreal forest of Quebec: interactions between surficial deposit, climate, and fire cycle. 2012. Mansuy, N.; Gauthier, S.; Robitaille, A.; Bergeron, Y. Can. J. For. Res. 42:1328-1343.

Année : 2012

Disponible au : Centre de foresterie des Laurentides

Numéro de catalogue : 33993

La langue : Anglais

Disponibilité au SCF : PDF (demande par courriel)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI : 10.1139/X2012-101

† Ce site peut exiger des frais.

Sélectionner

Abstract

La transition, d’une forêt à couvert fermé vers un boisé ouvert, qui suit un feu dans plusieurs écosystèmes forestiers nordiques est souvent observée mais peu comprise. Cet article porte sur l’effet des interactions entre le dépôt de surface, le climat et le cycle de feu sur le rétablissement de la forêt après feu dans une vaste zone (190 000 km2) de forêt boréale de l’est du Canada. Le rétablissement après feu a été estimé en utilisant le temps écoulé pour passer du stade de brûlis au stade de régénération et au stade de jeune forêt. Le principal objectif consistait à déterminer si les forêts situées dans les régions sèches (caractérisées par une proportion élevée de dépôts de surface grossiers et secs, une faible précipitation et un cycle de feu court) ont tendance à se rétablir plus lentement après feu, produisant ainsi un peuplement plus ouvert comparativement aux régions plus humides caractérisées par un cycle de feu plus long. Pour identifier le meilleur modèle explicatif du rétablissement après feu, des régressions logistiques multinomiales avec le critère d’information d’Akaike ont été effectuées en utilisant une combinaison de facteurs physico-climatiques. Notre meilleur modèle indique que les prédicteurs les plus significatifs du rétablissement après feu sont le temps écoulé depuis le feu (X2 = 1370,06), le type de dépôt de surface (X2 = 651,95), l’indice de sécheresse canadien (X2 = 247,75) et la précipitation durant la saison de croissance (X2 = 102,80). Un rétablissement rapide et une végétation forestière dense sont associés à des dépôts de till subhydrique seulement dans les régions caractérisées par un cycle de feu long (>500 ans). À l’inverse, une régénération lente propice à une jeune forêt clairsemée était habituellement associée aux régions caractérisées par un cycle de feu court (<200 ans) et la présence de dépôts grossiers secs, tels que le dépôt juxtaglaciaire, mais aussi de dépôts mésiques dans certains cas. Nos résultats indiquent aussi qu’un rétablissement lent et une faible régénération forestière vont très probablement suivre les feux qui se produisent lors d’années sèches, peu importe le type de dépôt et la région.