Publications du Service canadien des forêts

Can wood properties be predicted from the morphological traits of a tree? A canonical correlation study of plantation-grown white spruce. 2012. Lenz, P.; Bernier-Cardou, M.; MacKay, J.; Beaulieu, J. Can. J. For. Res. 42:1518-1529.

Année : 2012

Disponible au : Centre de foresterie des Laurentides

Numéro de catalogue : 33991

Langue : Anglais

Disponibilité au SCF : PDF (demande par courriel)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI (identifiant d'objet numérique) : 10.1139/X2012-087

† Ce site peut exiger des frais.

Résumé

L’intérêt va grandissant pour développer des modèles de prédiction de la qualité du bois à partir des caractères morphologiques des arbres, ces derniers pouvant être estimés à l’aide de techniques de télédétection tel le LiDAR, de manière à avoir accès à des inventaires forestiers améliorés pour la planification opérationnelle. Dans cette étude, nous avons examiné à l’aide d’analyses canoniques et de régressions multiples la structure des corrélations qui existent entre ces deux classes de caractères chez l’épinette blanche (Picea glauca (Moench) Voss) en ayant pour objectif d’identifier les caractères morphologiques clés prédictifs de la qualité du bois. Nous avons obtenu d’une sélection de 495 arbres situés dans une plantation âgée de 30 ans des mesures de hauteur et de dimensions de houppier vivant, ainsi que des mesures du nombre et du diamètre des branches vivantes pour un certain nombre de verticiles sélectionnés. Les caractères du bois ont été évalués à l’aide de carottes de bois analysées avec le système SilviScan. La morphologie du houppier expliquait presque 29 % de la variation totale des propriétés du bois qui a été observée. Cependant, l’intensité des corrélations et l’aptitude des caractéristiques morphologiques du houppier à prédire les propriétés du bois variaient considérablement parmi ces dernières. La largeur des cernes et le diamètre radial des cellules, les deux liées à la croissance, étaient bien corrélées à la morphologie des arbres alors que des propriétés liées à la structure subcellulaire, comme l’angle des microfibrilles, l’étaient peu. Ces résultats pourraient nous guider dans le choix des propriétés du bois à inclure pour améliorer les techniques d’inventaire nécessaires à l’optimisation de la valeur des produits forestiers.

Dernière mise à jour :