Publications du Service canadien des forêts

Transport of fungal symbionts by mountain pine beetles. 2009. Bleiker, K.P.; Potter, S.; Lauzon, C.; Six, D.L. The Canadian Entomologist 141:503–514.

Année : 2009

Disponible au : Centre de foresterie du Pacifique

Numéro de catalogue : 33975

Langue : Anglais

Disponibilité au SCF : Non disponible (cliquer pour plus de détails)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI (identifiant d'objet numérique) : 10.4039/n09-034

† Ce site peut exiger des frais.

Résumé

La perpétuation des associations symbiotiques entre les scolytes (Coleoptera: Curculionidae: Scolytinae) et les champignons ophiostomatoides nécessite un transport continu des champignons par les générations successives de coléoptères vers de nouveaux arbres hôtes. Le microscope électronique à balayage et des méthodes de culture nous ont servi à étudier le transport des champignons chez le dendroctone du pin ponderosa (MPB), Dendroctonus ponderosae Hopkins. MPB transporte ses deux champignons associés principaux, Grosmannia clavigera (Robinson-Jeffrey et Davidson) Zipfel, de Beer et Wingfield et Ophiostoma montium (Rumbold) von Arx, dans des mycanges en forme de sacs sur les cardos des maxilles et sur l’exosquelette. Bien qu’on observe les spores des deux champignons sur l’exosquelette de MPB, souvent dans des fosses, les spores d’O. montium sont généralement plus abondantes que les spores de G. clavigera. Cependant, la rareté générale des spores des deux espèces sur l’exosquelette de MPB par rapport à l’exosquelette de scolytinés qui n’ont pas de mycanges en forme de sacs indique que le transport externe de champignons sur MPB est accidentel plutôt qu’adaptatif. Quel que soit le site et l’espèce, les conidies sont le type dominant de spores transportées; cependant, nos observations indiquent qu’une fois entrées dans les mycanges, les conidies peuvent se reproduire en une forme de levure et même produire des filaments d’hyphes et des structures compactes semblables à des conidiophores. Les champignons qui se reproduisent dans les mycanges peuvent fournir aux coléoptères une source continue d’inoculum durant la longue période de ponte des oeufs.

Dernière mise à jour :