Publications du Service canadien des forêts

Thirty-five years of pheromone-based mating disruption studies with Choristoneura fumiferana (Clemens) (Lepidoptera: Tortricidae). 2012. Rhainds, M.; Kettela, E.G.; Silk, P.J. The Canadian Entomologist 144: 379–395.

Année : 2012

Disponible au : Centre de foresterie de l'Atlantique

Numéro de catalogue : 33820

Langue : Anglais

Disponibilité au SCF : PDF (demande par courriel)

Résumé

L’homologation canadienne en 2007 d’une préparation de microflocons de Disrupt SBW, produit à base de phéromone proposé pour la lutte contre la tordeuse des bourgeons de l’épinette (Choristoneura fumiferana (Clemens)), a pavé la voie à des essais à grande échelle visant à évaluer la faisabilité d’utiliser la confusion sexuelle à des fins de lutte antiparasitaire en contexte commercial. Nous passons en revue les résultats d’expériences de confusion sexuelle chez la tordeuse des bourgeons de l’épinette réalisées de 1974 à 2008 en laboratoire et sur le terrain. La confusion sexuelle engendrée par l’application de phéromone à partir du sol ou de l’air a compromis dans tous les cas la capacité des mâles de s’orienter vers les sources de phéromone. Cette stratégie a également réduit le succès d’accouplement des femelles confinées en cage ou attachées dans 15 des 16 études sur le terrain durant lesquelles ce paramètre a été évalué, mais elle n’a eu qu’un effet limité sur le succès d’accouplement des femelles sauvages. Aucune différence soutenue entre les parcelles témoins et les parcelles traitées n’a été observée pour ce qui est de la densité des masses d’œufs. Ce résultat a souvent été attribué à l’immigration de femelles gravides dans les parcelles traitées. Des études de laboratoire donnent à croire que la poursuite de fausses pistes est le principal mécanisme sous-tendant la confusion sexuelle chez la tordeuse des bourgeons de l’épinette. L’augmentation du succès d’accouplement des femelles en fonction de la densité des populations semble indiquer que la stratégie de confusion sexuelle devrait réservée aux populations émergentes de faible densité en début d’infestation. L’efficacité de la confusion sexuelle comme outil de lutte peut être réduite par : 1) l’absence d’estimations d’échantillonnage précises permettant de prévoir le début des infestations lorsque la densité des populations est faible; 2) l’existence potentielle d’adaptations comportementales permettant aux femelles d’accroître leur succès d’accouplement lorsque l’atmosphère est traitée avec des phéromones; 3) la dispersion des femelles sur de grandes distances par voie aérienne.

Dernière mise à jour :