Publications du Service canadien des forêts

Landscape-scale habitat selection patterns of Monochamus scutellatus (Coleoptera: Cerambycidae) in a recently burned black spruce forest. 2004. Saint-Germain, M.; Drapeau, P.; Hébert, C. Environ. Entomol. 33(6):1703-1710.

Année : 2004

Disponible au : Centre de foresterie des Laurentides

Numéro de catalogue : 33485

La langue : Anglais

Disponibilité : PDF (demande par courriel)

Sélectionner

Résumé

La sélection d'hôte des insectes phytophages comporte plusieurs étapes allant de la localisation d'un habitat à l'échelle du paysage jusqu'à la sélection d'un microsite de ponte à l'échelle de la plante hôte. La localisation et l'acceptation d'hôte ont été relativement bien décrites pour le longicorne noir Monochamus scutellatus (Say); cependant, la localisation d'habitat à grande échelle a retenu peu d'attention. Dans un feu ayant eu lieu en pessière noire au Canada, nous avons évalué la densité de larves dans 569 arbres de 114 parcelles d'échantillonnage par décompte de trous d'entrée. Ces densités ont été confrontées à des variables environnementales à échelles multiples. À l'échelle de l'arbre, la densité de larves était liée au diamètre de l'arbre et à la sévérité du feu. À plus grande échelle, l'altitude a eu un effet négatif sur la densité de larves, alors que les peuplements ayant davantage de forêt verte dans un rayon de 500 mètres ont été plus intensément colonisés. L'importance de la proximité de massifs verts peut être liée aux exigences nutritionnelles des adultes, qui devraient préférenciellement coloniser des peuplements comportant à la fois des sites d'oviposition et d'alimentation, puisque plusieurs espèces de Monochamus continuent de s'alimenter lorsque sexuellement actifs. Les variables à grande échelle ont expliqué plus de variabilité dans nos modèles que les variables à l'échelle de l'arbre. Il semble donc que les mécanismes de localisation d'habitat à grande échelle jouent un rôle important dans le processus de sélection d'hôte chez le longicorne noir.