Publications du Service canadien des forêts

Impact of global change and forest management on carbon sequestration in northern forested peatlands. 2005. Lavoie, M.; Paré, D.; Bergeron, Y. Environ. Rev. 13:199–240.

Année : 2005

Disponible au : Centre de foresterie des Laurentides

Numéro de catalogue : 33473

La langue : Anglais

Disponibilité au SCF : PDF (demande par courriel)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI : 10.1139/A05-014

† Ce site peut exiger des frais.

Sélectionner

Abstract

Les tourbières nordiques occupent approximativement 4 % de la surface terrestre et emmagasinent environ 30 % du carbone (C) qu’on retrouve dans le sol. Une revue sur les taux d’accumulation de C, dans les tourbières nordiques, indique que l’accumulation moyenne de C à long terme est de 24,1 g m-2 a-1. Cependant, plusieurs études ont démontré que sur une courte période de temps, et dans des conditions appropriées, ces écosystèmes peuvent montrer de hauts taux d’accumulation de C (jusqu’à 425 g m-2 a-1). Le développement des tourbières dépend des régimes de précipitation et de température, et les changements climatiques sont susceptibles d’avoir un effet important sur la balance du C dans cet écosystème. Selon les changements climatiques prévus, nous suggérerons que la plupart des tourbières boisées en milieu nordique, où des augmentations de précipitations sont prévues (est du Canada, Alaska, ex-URSS et Fenno Scandinavie), vont continuer à être des puits de C dans le futur. À l’opposé, dans les tourbières boisées de l’ouest et du centre du Canada où les précipitations doivent diminuer, il devrait y avoir une réduction du taux de séquestration de C et/ou ces tourbières deviendront une source de C. Ces tendances pourraient être affectées par l’aménagement forestier dans les tourbières boisées, ainsi que par les changements dans les cycles des feux. Contrairement au feu, la coupe facilite la séquestration du C dans les tourbières boisées et dans les sites sujets à la paludification, alors que les traitements sylvicoles (drainage, préparation de terrain), recommandés pour augmenter la productivité des sites augmentent les pertes de C par décomposition, mais cette perte pourrait être compensée par une augmentation de C dans la biomasse végétale.