Publications du Service canadien des forêts

Les réservoirs de carbone en forêt boréale à l’est du Canada : acquis et incertitudes dans la modélisation face aux changements climatiques. 2011. Terrier, A.; Girardin, M.; Bergeron, Y. Vertigo 11, No. 3.

Année : 2011

Disponible au : Centre de foresterie des Laurentides

Numéro de catalogue : 33450

La langue : Français

Disponibilité au SCF : PDF (demande par courriel)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI : 10.4000/vertigo.11587

† Ce site peut exiger des frais.

Sélectionner

Abstract

Les changements climatiques sont au coeur de nouvelles préoccupations chez les aménagistes forestiers. En vue d’une compensation des émissions anthropiques de carbone, la forêt boréale devient de plus en plus au centre des discussions. Le climat froid et la saison de croissance courte amènent la forêt boréale à capter une faible quantité de carbone en comparaison avec la forêt tropicale ou la forêt tempérée. Toutefois, la décomposition de la matière morte, processus qui émet du carbone, y est également faible. La matière organique est alors accumulée au sol. En réponse à un réchauffement du climat, des modèles indiquent que la capacité de la forêt boréale à capter du carbone pourrait augmenter. Les modèles actuels comportent néanmoins encore trop d’incertitudes pour pouvoir proposer des décisions d’aménagement adéquates pour la forêt boréale qui tiennent compte des réponses des puits de carbone face aux changements climatiques. La modélisation représente une simplification des systèmes naturels complexes, qui exclut certains processus qui peuvent interagir dans le système. Dans cet article, nous passons d’abord en revue les processus menant aux échanges de carbone entre la forêt et l’atmosphère. Ensuite, les connaissances actuelles des impacts des changements climatiques sur les réservoirs de carbone en forêt boréale pour l’est du Canada sont exposées. Enfin, nous élaborons sur les incertitudes selon trois types différents : les incertitudes dans les données, les incertitudes structurelles et les incertitudes imprévisibles. Pour chaque type d’incertitude, des recommandations sont proposées afin de les réduire.