Publications du Service canadien des forêts

Utilisation des pièges à phéromone sexuelle dans la gestion des ravageurs. 2005. Royer, L. and Delisle, J. Chapitre 31 dans: Regnault-Roger, C., Philogène, B., Fabres, G. (Eds). Pp. 665-678. Enjeux phytosanitaires pour l’agriculture et l’environnement du XXIe siècle. Paris: Lavoisier Tec et Doc.

Année : 2005

Disponible au : Centre de foresterie des Laurentides

Numéro de catalogue : 33340

La langue : Français

Disponibilité au SCF : Non disponible (cliquer pour plus de détails)

Prix : 220,00 $ (http://www.lavoisier.fr/livre/notice.asp?id=3LKW2O)

Sélectionner

Abstract

Les phéromones sont des composés chimiques volatils responsables de la communication entre les membres d'une même espèce. Il en existe plusieurs sortes qui ont pour nom la fonction qu'elles induisent : phéromones d'alarme, d'agrégation, de marquage (ou épidéictique), de piste, de reconnaissance et les phéromones sexuelles. Ces dernières sont impliquées dans la reproduction et permettent à l'un des sexes d'attirer, souvent à grande distance, l'autre sexe en vue de s'accoupler. Elles ont beaucoup été étudiées chez les Lépidoptères, en raison du grand nombre de ravageurs rencontrés dans cet ordre d'insectes. Ce sont généralement les femelles qui produisent les phéromones sexuelles à partir d'une glande, sorte de repli intersegmentaire, située près de l'extrémité de l'abdomen (Weatherson et Percy, 1970). L'évagination de cette glande, typique du comportement d'appel, permet la libération passive de la phéromone dans l'air par simple phénomène d'évaporation.