Publications du Service canadien des forêts

Examining the utility of the Canadian Forest Fire Weather Index System in boreal peatlands. 2012. Waddington, J.M.; Thompson,D.K.; Wotton,M.; Quinton,W.L.; Flannigan, M.D.; Benscoter,B.W.; Baisley,S.A.; Turetsky,M.R. Canadian Journal of Forest Research 42:47-58.

Année : 2012

Disponible au : Centre de foresterie des Grands Lacs

Numéro de catalogue : 33043

Langue : Anglais

Disponibilité au SCF : PDF (demande par courriel)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI (identifiant d'objet numérique) : 10.1139/X11-162

† Ce site peut exiger des frais.

Résumé

L’indice de l’humus (IH) et l’indice de sécheresse (IS), des composantes de la méthode canadienne de l’indice forêt météo (IFM), sont utilisés par les gestionnaires du feu pour évaluer la vulnérabilité des sols organiques à l’allumage et la profondeur de brûlage bien qu’ils aient été développés pour les sols en milieu sec. Étant donné la nécessité d’évaluer le risque d’incendie dans les tourbières, nous avons comparé l’IH et l’IS dans huit tourbières situées dans cinq régions boréales du Canada avec la hauteur de la nappe phréatique (NP) et l’humidité volumique du sol en surface (HVS). La pente du changement dans la relation entre la NP et l’IS variait fortement (–0,01 à –0,11) selon la station et l’année probablement à cause des propriétés de la tourbe spécifiques à chaque station, de l’approvisionnement en eau du bassin et de la présence de glace saisonnière. Un IS de 400, qui a été associé à la vulnérabilité aux incendies en milieu sec, correspondait à une baisse saisonnière de la NP allant de 4 à 36 cm. La pente des relations entre l’IH et l’IS avec une HVS de 5 et 15 cm variait aussi fortement selon la station. Nos résultats indiquent que ces composantes de l’IFM sont appropriées pour prédire le degré général d’humidité et le risque d’incendie dans les tourbières boréales. Cependant, il serait nécessaire de modifier l’IS pour des types particuliers de tourbières afin d’indiquer le point où la NP a atteint une profondeur critique au-delà de laquelle le risque d’incendie augmente. Nous présentons également une proposition de cadre de travail pour développer un nouvel indice d’humidité de la tourbe dans l’IFM.

Dernière mise à jour :