Publications du Service canadien des forêts

Density-dependent population dynamics of mountain pine beetle in thinned and unthinned stands. 2011. MacQuarrie, C.J.K.; Cooke, B.J. Canadian Journal of Forest Research 41(5): 1031-1046.

Année : 2011

Disponible au : Centre de foresterie du Nord

Numéro de catalogue : 32643

La langue : Anglais

Disponibilité au SCF : PDF (demande par courriel)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI : 10.1139/X11-007

† Ce site peut exiger des frais.

Sélectionner

Résumé

L’éclaircie, c’est-à-dire l’élimination sélective de certains arbres dans une forêt, est un des moyens qu’utilisent les aménagistes forestiers pour réduire la probabilité qu’une forêt soit susceptible aux attaques des scolytes. Même si cette méthode s’est avérée efficace, on ne sait pas si l’effet survient lorsque les populations qui précèdent une épidémie sont faibles ou durant la phase épidémique lorsque les épidémies progressent. Nous avons adopté une approche de dynamique de population pour déterminer si l’effet de l’éclaircie basée sur un diamètre limite ou sur la surface terrière pouvait être observé sous la forme d’une différence de recrutement de scolytes à l’aide de données de mortalité du pin tordu latifolié (Pinus contorta Dougl. ex Loud.) et du pin ponderosa (Pinus ponderosa Dougl. ex P. & C. Laws.). Ces données viennent d’études déjà publiées et ont été utilisées comme mesure indirecte de la taille des populations du dendroctone du pin ponderosa (Dendroctonus ponderosae Hopkins). Nous avons découvert que les populations de dendroctone du pin ponderosa ont une dynamique de population dépendante de la densité qui est influencée par le passé sylvicole de leurs peuplements hôtes. L’éclaircie n’a pas modifié l’équilibre épidémique mais a plutôt changé la dynamique, de linéaire à non linéaire. Dans un test de validation, les modèles développés pour les peuplements éclaircis et non éclaircis prédisaient le taux de reproduction pour des endroits indépendants. Ces données indiquent également que la dynamique des épidémies du dendroctone du pin ponderosa pourrait être sensible aux perturbations et aux tendances systématiques associées à la variabilité du climat et au changement climatique.