Publications du Service canadien des forêts

Ecological and biological information improves inferred paternity in a white spruce breeding orchard. 2011. Doerksen, T.; Deslauriers, M.; Beaulieu, J. Can. J. For. Res. 41:1344-1351.

Année : 2011

Disponible au : Centre de foresterie des Laurentides

Numéro de catalogue : 32536

Langue : Anglais

Disponibilité au SCF : PDF (demande par courriel)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI (identifiant d'objet numérique) : 10.1139/X11-046

† Ce site peut exiger des frais.

Résumé

Les auteurs ont utilisé des informations de nature biologique, écologique et génétique (marqueurs) afin de prédire le succès reproducteur des mâles (nF = 104) en échantillonnant pendant deux ans parmi une descendance (nO = 522) provenant de deux clones maternels. La distance prise isolément avait une valeur prédictive du succès reproducteur des mâles, alors que la fécondité et une variable indicative de la provenance expliquaient une partie additionnelle de la variation sans toutefois l’expliquer entièrement. L’utilisation de mesures additionnelles non reliées à la génétique pour prédire le succès reproducteur des mâles a permis d’augmenter les probabilités individuelles de paternité par rapport à un modèle basé uniquement sur la génétique. Le succès reproducteur des mâles était fortement asymétrique et tous les mâles reproducteurs n’avaient pas autant de succès à tous les ans. Le taux global d’autofécondation était de 14 % parmi les semis ayant survécu (56–63 %). Le nombre estimé de mâles (non échantillonnés) provenant de l’extérieur du verger à graines était fortement variable, avec pour résultat que 6 % de la progéniture échantillonnée ne pouvait être assignée à des pères situés dans le verger à graines. Les auteurs discutent de quelques bénéfices et limites associés à l’utilisation des analyses de vraisemblance complète de paternité.

Dernière mise à jour :