Publications du Service canadien des forêts

p-Hydroxybenzoylformic acid and (R)-(-)-p-hydroxymandelic acid, two antifungal compounds isolated from the liquid culture of the ectomycorrhizal fungus Pisolithus arhizus. 1991. Kope, H.H.; Tsantrizos, Y.S.; Fortin, J.A.; Ogilvie, K.K. Canadian Journal of Microbiology 37: 258-264.

Année : 1991

Disponible au : Centre de foresterie du Pacifique

Numéro de catalogue : 3247

La langue : Anglais

Disponibilité : Commander une copie papier (gratuite)

Sélectionner

Résumé

Deux composés antifongiques ont été isolés d'un milieu liquide de culture de Pisolithus arhizus; ils ont été identifiés comme étant de l'acide p-hydroxybenzoylformique et de l'acide (R)-(-)-p-hydroxymandélique, auxquels les noms génériques respectifs de pisolithine A et pisolithine B ont été donnés. L'efficacité de ces composés pour inhiber la germination des conidies de Truncatella hartigii a été comparée à celle d'analogues structuraux du commerce; leur efficacité pour l'inhibition de 50% de la germination (IG50) des conidies a été comparable en étendue. Les composés synthétiques du commerce, soit l'acide (R) mandélique, l'acide benzoylformique et l'acide racémique p-hydroxymandélique, ont eu des valeurs IG50 respectives de 82, 72 et 59 mg/mL, comparativement à celles des produits naturels : pisolithine A, 67 mg/mL et pisolithine B, 71 mg/mL. Deux énantiomères S de l'acide mandélique, l'acide (S) mandélique et l'acide (S)-(+)-p-hydroxymandélique, ont été les composés les plus efficaces avec des valeurs IG50 de 31 et 33 mg/mL. L'aptitude des pisolithines A et B à inhiber la croissance des hyphes a été comparée à celle de la polyoxine D, et ce, par des mesures d'estimation de proteines. Les deux pisolithines ont présenté des niveaux mesurés plus élevés de protéines présumées extractibles que la polyoxine D, mais les mesures de poids frais des mycéliums ont été moins élevées. La suggestion est avancée que les pisolithines causent une désorganisation de la turgescene des cellules. Des mesures de poids secs des mycéliums des phytopathogènes, incubés en présence d'acide benzoylformique et d'acide racémique p-hydroxymandélique du commerce, ont revélé que l'acide benzoylformique était soit plus efficace ou tout aussi efficace que l'acide racémique p-hydroxymandélique, ou que la nystatine, pour arrêter la croissance fonique. En ce qui concerne l'action des pisolithines sur les champignons ectomycorhiziens, les deux composés ont inhibé efficacement un nombre égal de champignons; toutefois, l'acide benzoylformique a stimulé la croissance de certains champignons ectomycorhiziens. Les résultats de la stimulation de la croissance par ce composé sont discutés.