Publications du Service canadien des forêts

Earliest documented report of Scleroderris canker in North America: damage believed until now to be caused by summer frost. 2009. Laflamme, G. Phytoprotection 90: 89-95.

Année : 2009

Disponible au : Centre de foresterie des Laurentides

Numéro de catalogue : 32355

La langue : Anglais

Disponibilité : PDF (demande par courriel)

Sélectionner

Résumé

En 1934, plus de 200 000 pins rouges(Pinus resinosa) ont été plantés à Valcartier, près de Québec. Dès 1939, plus de 28 % des pins étaient morts. Quinze ans après la plantation, la mortalité des pins rouges atteignait 93 %; la plantation fut donc considérée une perte totale. La mort des pins rouges fut attribuée au gel d’été alors que des pins blancs (Pinus strobus) plantés au même moment furent ravagés par la rouille vésiculeuse (Cronartium ribicola) et qu’aucune trace de gel n’avait alors été notée. Toutefois, bien que le gel d’été ne soit pas cité dans les rapports des relevés d’insectes et de maladies publiés de 1953 à 1993, il fut rapporté autour de Valcartier. L’analyse des documents d’archives et de publications nous porte à croire que le chancre scléroderrien, causé par Gremmeniella abietina, est responsable de cette mortalité. Cette maladie n’est connue au Canada que depuis 1960. Notre diagnostic est basé sur la description des signes, des symptômes, des photographies des dégâts et à partir des échantillons récoltés sur les pins résiduels. Gremmeniella abietina de race nord-américaine a été isolé et identifié. L’âge des pins confirme l’identité de cette plantation et l’âge des chancres indique que la maladie a atteint les troncs au milieu des années 1940. L’accumulation de neige dans les dépressions topographiques, et non le gel, aurait favorisé le développement de la maladie au niveau épidémique. C’est le plus ancien rapport documenté du chancre scléroderrien en Amérique du Nord.