Publications du Service canadien des forêts

Current state of genetically modified plant impact on target and non-target fungi. 2010. Stefani, F.O.P.; Hamelin, R.C. Environmental Reviews 18: 441-475.

Année : 2010

Disponible au : Centre de foresterie des Laurentides

Numéro de catalogue : 32071

La langue : Anglais

Disponibilité au SCF : PDF (demande par courriel)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI : 10.1139/A10-022

† Ce site peut exiger des frais.

Sélectionner

Résumé

Depuis deux décennies, le génie génétique permet de développer des essences agricoles et forestières génétiquement modifiées (GM) afin d'améliorer les rendements et simplifier les pratiques culturales. Cela, associé au déploiement de monocultures sur des grandes étendues, peut générer un stress environnemental ainsi que des effets secondaires indésirables. La commercialisation de plantes agricoles GM et le récent développement d'arbres GM suscitent des inquiétudes à propos de leur impact potentiel sur l'environnement en général et sur la biodiversité des organismes non cibles, en particulier. Les champignons sont présents partout sur la planète, occupant des fonctions clés dans tous les écosystèmes, et sont intimement liés aux végétaux depuis que ces derniers ont colonisé les terres émergées. Dans cette revue, les auteurs examinent les recherches portant sur les effets potentiels des essences agricoles et forestières GM sur les champignons cibles et non cibles. La recherche dans les bases de données de publications révisées par les pairs portant sur l'impact des essences agricoles et forestières GM sur les champignons a permis de retrouver 149 études, un nombre relativement modeste considérant la diversité des plantes agricoles et forestières et des écosystèmes étudiés. L'analyse de ces publications montre que les effets des plantes GM tolérantes aux herbicides et aux insecticides sur les champignons sont sous-estimés, alors qu'elles dominent les surfaces cultivées en plantes GM à l'échelle mondiale. Les études portant sur l'impact des essences agricoles et forestières GM afin d'augmenter leur activité antifongique envers des agents pathogènes fongiques montrent, dans la plupart des cas, des diminutions significatives de la sévérité des maladies. Des changements significatifs, exprimés sous forme d'augmentation ou de diminution du développement, de l'abondance, ou de la diversité des champignons non cibles, ont été observés dans 18 études sur 60 portant sur des plantes GM exprimant des caractères transgéniques a priori sans effet sur les champignons. Ainsi, bien que les plantes GM soient commercialisées depuis 1996, on ne peut pas identifier de tendance quant au risque qu'elles représentent pour les champignons et l'étude au cas par cas semble l'approche la plus sure.