Publications du Service canadien des forêts

Rating the susceptibility of forests to mountain pine beetle infestations: the impact of data. 2006. Nelson, T.A.; Boots, B.; Wulder, M.A.; Shore, T.L.; Safranyik, L.; Ebata, T. Canadian Journal of Forest Research 36(11): 2815-2825.

Année : 2006

Disponible au : Centre de foresterie du Pacifique

Numéro de catalogue : 31957

Langue : Anglais

Disponibilité au SCF : Non disponible (cliquer pour plus de détails)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI (identifiant d'objet numérique) : 10.1139/X06-163

† Ce site peut exiger des frais.

Résumé

La Colombie-Britannique connaît présentement la plus importante épidémie de dendroctone du pin ponderosa (Dendroctonus ponderosae Hopkins) jamais rapportée. L'étendue spatiale de cette infestation fait ressortir la nécessité d'aménager la forêt sur de vastes superficies. Nous examinons l'utilisation de trois jeux de données couvrant de vastes superficies pour implanter un modèle de vulnérabilité de la forêt à l'échelle du peuplement qui quantifie la probabilité des pertes en surface terrière de pin dues à une attaque par le dendroctone du pin ponderosa. À l'aide de ces jeux de données, nous étudions l'impact de variables subrogatives dont l'utilisation est nécessaire lorsque des variables requises par le modèle de vulnérabilité ne sont pas présentes dans un jeu de données. L'impact de l'information contenue dans les données de base sur le modèle de vulnérabilité est également analysé. Les résultats indiquent que le modèle de vulnérabilité est sensible aux variables subrogatives et aux sources de données, ce qui signifie que l'application à l'échelle du paysage du modèle de vulnérabilité, qui a été développé à partir de relations à l'échelle du peuplement, est problématique. L'utilisation de jeux de données obtenues par photo-interprétation pour paramétrer le modèle est particulièrement préoccupante. L'information contenue dans les jeux de données obtenues par photo-interprétation est très différente de celle que procurent les données collectées sur le terrain au sujet des mêmes caractéristiques de la forêt. C'est pourquoi les données obtenues par photo-interprétation ne peuvent adéquatement servir de substitut pour implanter un modèle de vulnérabilité de la forêt.

Dernière mise à jour :