Publications du Service canadien des forêts

Root diseases in forest ecosystems. 2010. Laflamme, G. Canadian Journal of Plant Pathology 32(1): 68-76.

Année : 2010

Disponible au : Centre de foresterie des Laurentides

Numéro de catalogue : 31951

La langue : Anglais

Disponibilité : PDF (demande par courriel)

Sélectionner

Résumé

Le système racinaire est une partie importante mais peu visible de l’arbre; pour cette raison, on a tendance à l’oublier. Les maladies des racines sont aussi invisibles pendant une grande partie du cycle vital du champignon pathogène. Néanmoins, ces maladies sont responsables d’importantes pertes parce qu’elles causent de la mortalité et des réductions de croissance chez les arbres infectés. Toutefois, ces microorganismes constituent aussi une composante de l’écosystème forestier. Par exemple, le complexe des pourridiés-agarics, fréquemment associé à l’espèce Armillaria ostoyae, s’attaque aux arbres ayant subi un ou des stress; A. ostoyae peut tuer des semis en un an ou deux ou encore réduire la croissance des arbres pendant des décennies, tout en demeurant caché dans les racines. Inonotus tomentosus est pour sa part commun sur les épinettes. D’après nos observations, ce champignon pathogène infecte habituellement des arbres de plus de 30 ans; les semis de conifères plantés sur un site infesté par ce ravageur ne montraient pas encore de symptômes 10 ans après la plantation. Inonotus tomentosus a besoin d’hôtes stressés pour se développer dans un peuplement. Heterobasidion annosum est un champignon pathogène aggressif des pins. Il colonise les souches fraîchement coupées après les éclaircies dans les pinèdes et tue les arbres avoisinants. Sans le savoir, des forestiers peuvent créer des conditions propices aux maladies des racines : par exemple, des éclaircies précommerciales en forêt boréale ont favorisé le développement des pourridiés-agarics. L’éclaircie dans les plantations de pin rouge crée une niche écologique favorable à la colonisation par H. annosum. Au contraire, s’il n’y a pas d’éclaircie, un trop grand nombre de tiges à l’hectare peut provoquer une infestation de la carie rouge alvéolaire causée par I. tomentosus. La protection proactive des forêts doit intégrer les connaissances des spécialistes en sylviculture, en écologie forestière, en entomologie forestière et en pathologie forestière. Bien entendu, la compréhension de l’écologie des champignons pathogènes doit d’abord être bien comprise.