Publications du Service canadien des forêts

Negative or positive effects of plantation and intensive forestry on biodiversity: a matter of scale and perspective. 2010. Hartmann, H.; Daoust, G.; Bigué, B.; Messier, C. The Forestry Chronicle 86(3): 354-364.

Année : 2010

Disponible au : Centre de foresterie des Laurentides

Numéro de catalogue : 31703

La langue : Anglais

Disponibilité : PDF (demande par courriel)

Sélectionner

Résumé

La biodiversité terrestre est étroitement liée aux écosystèmes forestiers, mais la réduction du couvert forestier par des activités humaines et des changements dans la structure et la composition forestière constituent une menace pour la biodiversité. Plusieurs espèces forestières sont menacées par la dégradation, la fragmentation ou même la perte totale de leur habitat occasionnées par l’aménagement forestier. Pour y remédier, l’aménagement intégré des ressources forestières (AIRF) a été développé et appliqué à grande échelle depuis le début des années 1990. Quoique l’AIRF vise à la fois à satisfaire la demande de produits et services forestiers et à protéger l’intégrité des écosystèmes forestiers, cette approche engendre une pénétration presque totale de la matrice forestière et pose ainsi des risques pour la biodiversité. Par contre, le zonage forestier (ex. Triade) vise à réduire la pénétration du territoire forestier par une séparation spatiale des objectifs d’aménagement. Quoique développé dans la même période que l’AIRF, l’application du zonage à grande échelle est très récente. Ceci pourrait être dû au fait que le zonage est souvent considéré comme un outil de l’AIRF et non comme une stratégie différente d’aménagement. Aussi, toutes les étapes de la planification du zonage sont complexes et sa mise ne oeuvre est ainsi difficile. Dans cette revue de littérature, nous expliquons les différences entre l’AIRF et le zonage et nous montrons que les deux approches sont en fait des paradigmes d’aménagement distincts. Nous promouvons l’utilisation de plantations à haut rendement dans le cadre du zonage comme un moyen de conservation de la biodiversité. Nous revoyons la littérature (en mettant l’emphase sur l’hémisphère nord et sur la foresterie de plantation dans l’approche de zonage) sur l’impact des activités d’aménagement forestier sur la biodiversité. De plus, nous donnons des conseils sur la mise en oeuvre du zonage forestier à la fois à l’échelle du peuplement et du paysage ainsi que des recommandations pour le design et la gestion de plantations afin d’augmenter leur valeur pour la biodiversité. Nous concluons que, bien que le zonage forestier semble une stratégie adéquate pour le secteur forestier canadien, un changement de paradigme doit s’établir parmi les décideurs politiques et dans la législation pour que cette approche si prometteuse peut réussir.