Publications du Service canadien des forêts

How does a tree species influence litter decomposition? Separating the relative contribution of litter quality, litter muxing, and forest floor conditions. 2010. Laganière, J.; Paré, D.; Bradley, R.L. Canadian Journal of Forest Research 40: 465-475.

Année : 2010

Disponible au : Centre de foresterie des Laurentides

Numéro de catalogue : 31644

Langue : Anglais

Disponibilité au SCF : PDF (demande par courriel)

Résumé

Afin de préserver les sols et la régénération durant la récolte, la circulation de la machinerie forestière est fréquemment restreinte à des sentiers définis. Toutefois, cette pratique est remise en question dans les peuplements d'épinette noire (Picea mariana (Mill.) BSP) susceptibles à la paludification où de sévères perturbations des sols causées par le feu sont aptes à améliorer la productivité des peuplements. L'objectif de cette étude était de déterminer comment la perturbation des sols causée lors de la coupe totale et la coupe de protection affectent la régénération de l'épinette noire 8 ans après la récolte, et comment cet effet est conditionné par le type de sol. Alors que la densité de régénération de l'épinette noire était supérieure après la coupe de protection, le coefficient de distribution n'était pas influencé par la méthode de récolte. Les peuplements d'épinette régénérés après coupe totale étaient plus hauts en dépit d'un potentiel de dommage plus grand à la régénération préétablie. Comparée à la coupe de protection, la coupe totale a aussi résulté en une réduction de la couverture au sol de la sphaigne et des éricacées. La densité et le coefficient de distribution de l'épinette noire étaient supérieurs sur les sols organisques et subhydriques et inférieurs sur les sols mésiques. Aucune interaction significative n'a été observée entre la méthode de récolte et le type de sol, indiquant qu'une plus grand hauteur des peuplements et un coefficient de distribution d'épinette adéquat après coupe totale pourrait être applicable à toutes la gamme de types de sol considérée dans cette étude. Ces résultats suggèrent qu'un niveau de perturbation des sols suffisant lors des opérations forestières est nécessaire, particulièrement dans les écosystèmes ou des processus autogéniques réduisant la productivité s'opèrent.

Dernière mise à jour :