Publications du Service canadien des forêts

Successional changes in plant species diversity in forest chonosequences on southern Vancouver Island. 2009. Ryan, M.W.; Fraser, D.F.; Marshall, V.G.; He, F. Natural Resources Canada, Canadian Forest Service, Pacific Forestry Centre, Victoria, BC. Information Report BC-X-421. 13 p.

Année : 2009

Disponible au : Centre de foresterie du Pacifique

Numéro de catalogue : 31204

La langue : Anglais

Séries : Rapport d'information (CFP - Victoria)

Disponibilité : PDF (télécharger)

Sélectionner

Résumé

Six chronoséquences ont été établies pour le sud de l'île de Vancouver, en Colombie-Britannique, afin de traiter les questions liées à la perte potentielle de biodiversité et à l'accroissement du danger pour les espèces rares ou anciennes dépendantes de cette biodiversité, en raison des coupes de forêts anciennes réalisées à grande échelle. Chaque chronoséquence comprenait quatre stades biotiques se rapportant respectivement aux peuplements de régénération, aux jeunes peuplements, aux peuplements mûrs et aux forêts anciennes. Pour chaque stade, des prélèvements ont été effectués sur le couvert forestier, les arbustes, les herbes et les cryptogames. Sur les parcelles boisées, les cryptogames (bryophytes et lichens) représentaient environ la moitié des espèces identifiées, dont la plupart ont été prélevées sur des débris ligneux grossiers et des substrats rocheux. Dans l'est de l'île de Vancouver, les sites dominés par les douglas de Menzies affichaient d'importantes différences d'un stade évolutif à l'autre au regard du nombre d'herbes, d'arbustes et de cryptogames identifiés. Toutefois, le nombre total d'espèces n'était pas radicalement différent selon les stades évolutifs. Dans l'ouest de l'île de Vancouver, où la pruche de l'Ouest constituait l'espèce dominante, les peuplements de régénération abritaient un nombre d'espèces bien plus important que les stades évolutifs plus avancés. Si les peuplements mûrs et les forêts anciennes n'abritent pas nécessairement un nombre plus important d'espèces que les zones plus jeunes, il n'est pas rare qu'ils abritent des espèces peu communes, voire absentes des forêts plus jeunes ou des sites de régénération. Ces espèces consignées aux forêts plus anciennes étaient différentes selon que les zones échantillonnées se trouvaient dans l'est ou dans l'ouest de l'île de Vancouver. Il convient donc de faire preuve d'une grande circonspection avant d'interpréter pour un type d'écosystème les données provenant d'un autre type d'écosystème en ce qui concerne la répartition, les tendances et les tolérances relatives aux espèces. Le document traite des conséquences de nos conclusions pour l'aménagement forestier.