Publications du Service canadien des forêts

Ecology and management of the lobster mushroom in an eastern Canadian jack pine stand. 2009. Rochon, C.; Paré, D.; Khasa, D.P.; Fortin, J.A. Can. J. for. Res. 39: 2080-2091.

Année : 2009

Disponible au : Centre de foresterie des Laurentides

Numéro de catalogue : 30735

La langue : Anglais

Disponibilité au SCF : PDF (demande par courriel)

Sélectionner

Abstract

La dermatose des russules, un organisme résultat de l'infection de Russula spp. par Hypomyces lactifluorum (Schwein.) Tul. & C. Tul., est commune dans les forêts boréales canadiennes et possède un bon potentiel commercial. Établie dans un peuplement de Pinus banksiana Lamb. aménagé pour la production de champignons, cette étude visait à : (1) documenter la productivité de carpophores (densité, biomass par unité de surface) durant trois saisons, (2) comparer la productivité dans trois environnements forestiers (sentiers, bandes de forêt entre les sentiers et forêt non aménagée), (3) établir les paramètres écologiques reliés à la productivité, et (4) caractériser les microhabitats où les carpophores sont présents à l'aide de descripteurs du sol et de la végétation. La densité du champignon avait tendance à être plus élevée dans les sentiers que sous couvert, mais la biomass fraîche était plus élevée dans les bandes de forêt, sauf en 2006, année où les précipitation ont été faibles au milieu de l'été. L'aménagement de sentiers n'a pas augmenté la production du champignon mais a permis de la maintenir durant les périodes de faibles précipitations. La productivité était positivement reliée à l'abondance des espèces de plantes intolérantes à l'ombre et à l'ammonium extracible et négativement reliée au pH du sol. Dans le cadre de cette étude, les microhabitats dans lesquels des corpophores étaient présents avaient un pH acide, une disponibilité élevée en phosphore, un faible couvert de Kalmia angustifolia L. et de petites trouées dans le couvert occupées par des espèces intolérantes à l'ombre. Cette étude constitute un premier pas vers la compréhension de l'écologie de la dermatose des russules et des impacts des pratiques forestières sur ce champignon.