Publications du Service canadien des forêts

Annual rates and elemental concentrations of litter fall in thinned and fertilized Douglas-fir. 1991. Trofymow, J.A.; Barclay, H.J.; McCullough, K. Canadian Journal of Forest Research 21: 1601-1615.

Année : 1991

Disponible au : Centre de foresterie du Pacifique

Numéro de catalogue : 3065

La langue : Anglais

Disponibilité au SCF : PDF (demande par courriel)

Sélectionner

Résumé

Pendant 15 ans, la chute de litière provenant de l'étage dominant, surtout composée d'aiguilles, a été recueillie dans des parcelles témoins et traitées établies dans un peuplement de Douglas taxifoliés (Pseudotsuga menziesii (Mirb.) Franco) situé près du lac Shawnigan, en Colombie-Britannique. Les parcelles traitées ont été éclaircies ou fertilisées, ou les deux; dans les parcelles éclaircies, les deux tiers de la surface terrière ont été éliminés; les parcelles fertilisées ont été traitées avec 448 kg N·ha-1 d'urée ou de nitrate d'ammonium et la moitié des parcelles a été traitée à nouveau avec une dose similaire 9 ans plus tard. Le taux annuel de chute de litière dans les parcelles témoins était en moyenne de 1890 kg·ha-1. Dans ces parcelles témoins, on a observé des variations annuelles significatives des teneurs en K, Mg et Ca, mais non pas en N ou en P de la chute de litière. La chute de litière dans les parcelles éclaircie a diminué de 80%, mais est redevenue similaire à celle des parcelles témoins après 13 à 15 ans dans les parcelles non fertilisées et après 8 à 10 ans dans les parcelles fertilisées. La fertilisation sans éclaircie a fait diminuer la chute de litière lors de l'année du traitement, mais l'a fait augmenter de 20 à 80% les années suivantes. Les teneurs en N de la chute de litière ont augmente de 40 à 80% au cours de l'année de fertilisation pour ensuite commencer à diminuer de 3 à 6 ans plus tard. L'apport de N a fait diminuer les concentrations de P, K et Mg de la chute de litière pendant 8, 4 et 1 an(s) respectivement à la suite de la fertilisation. Les effets étaient plus marqués dans les parcelles traitées au nitrate d'ammonium que dans celles traitées a l'urée. La rapport entre la chute de litière et la densité du peuplement était faible, contrairement à celui entre la chute de litière et la surface terrière et l'accroissement en bois de fût. Les corrélations avec ces deux dernières variables différaient selon le temps et le traitement.