Publications du Service canadien des forêts

Origin and availability of large cavities for Barrow's Goldeneye (Bucephala islandica), a species at risk inhabiting the eastern Canadian boreal forest/Provenance et disponibilité de grandes cavités pour le Garrot d'Islande (Bucephala islandica), une espèce en péril de la forêt boréale de l'Est canadien. 2009. Vaillancourt, M.-A.; Drapeau, P.; Robert, M; Gauthier, S. Avian Conserv. Ecol. - Écol. Conserv. Oiseaux 4: 6.

Année : 2009

Disponible au : Centre de foresterie des Laurentides

Numéro de catalogue : 30054

La langue : Anglais / Français

Disponibilité au SCF : PDF (demande par courriel)

Sélectionner

Abstract

Les oiseaux de grande taille qui sont des utilisateurs secondaires de cavités, comme les canards, dépendent de cavités adéquates pour nicher. L’objectif principal de cette recherche était d’évaluer la disponibilité de grandes cavités et le potentiel d’un paysage de forêt boréale coniférienne aménagée à fournir des arbres dans lesquels le Garrot d’Islande (Bucephala islandica) de la population de l’Est, une espèce cavicole en péril au Canada, peut nicher. Des relevés de pics ont été effectués dans des paysages conifériens et mixtes, et des recherches de cavités ont été faites dans des transects situés en forêts non récoltées et en forêts résiduelles linéaires de sapin baumier (Abies balsamea) et d’Épinette noire (Picea mariana), ainsi que dans des parterres de coupe. Aucun Grand Pic (Dryocopus pileatus) n’a été observé dans l’aire de nidification du Garrot d’Islande, mais cet excavateur primaire était présent dans les basses terres avoisinantes, où le Peuplier faux-tremble (Populus tremuloides) est abondant. Seulement 10 arbres, soit 0,2 % des arbres échantillonnés, avaient des cavités jugées adéquates (bonnes dimensions et ouverture du couvert forestier suffisante) pour le Garrot d’Islande. La plupart des cavités trouvées au cours de cette recherche étaient des cavités apicales non excavées (de type cheminée) dans des chicots relativement courts en état de décomposition avancé. Un seuil de diamètre à hauteur de poitrine, à partir duquel la probabilité d’occurrence d’une cavité augmente, a été déterminé pour chaque espèce d’arbres afin d’évaluer la disponibilité d’arbres dans lesquels la nidification du Garrot d’Islande était possible. Les forêts résiduelles linéaires avaient des densités d’arbres potentiels plus faibles que les forêts non récoltées. Les grandes cavités étaient donc des éléments rares dans ce paysage boréal, ce qui laisse croire qu’elles puissent représenter un facteur limitant pour cette population en péril. L’aménagement forestier actuel (aménagement équienne), qui repose principalement sur la pratique de coupes totales, risque vraisemblablement de diminuer encore plus le potentiel de ce paysage à fournir des arbres avec des cavités adéquates.