Publications du Service canadien des forêts

Carbon credits and the conservation of natural areas. 2009. Freedman, B.; Stinson, G.; Lacoul, P. Environmental Reviews 17: 1-19.

Année : 2009

Disponible au : Centre de foresterie du Pacifique

Numéro de catalogue : 29788

Langue : Anglais

Disponibilité au SCF : PDF (télécharger)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI (identifiant d'objet numérique) : 10.1139/A08-007

† Ce site peut exiger des frais.

Résumé

L'augmentation des quantités de carbone organique accumulées dans la biomasse des écosystèmes terrestres constitue un moyen efficace pour réduire les émissions anthropogènes nettes de gaz à effets de serre dans l'atmosphère. On peut atteindre cet objectif en conservant les réservoirs écologiques de carbone organique existants, en maintenant ou en augmentant le taux de séquestration, et en restaurant les réserves qui ont été épuisées par les utilisations passées des territoires. La plupart des systèmes de compensation des gaz à effet de serre reconnaissent la validité des projets conduisant à des compensations écologiques et leur permettent de vendre des crédits de carbone dans un marché émergent visant ces nouveaux biens marchands. Bien que les projets écologiques de compensation du carbone aient été critiqués selon différentes perspectives, on peut mitiger de façon satisfaisante, la plupart des supposés problèmes. En plus de compenser les émissions de gaz à effets de serre, les projets écologiques qui accumulent des crédits de carbone peuvent présenter des liens étroits avec la conservation de valeurs naturelles, qui en soi constituent une action importante que doit entreprendre la société. Cependant, cette considération s'applique moins aux projets basés sur des activités anthropogéniques comme les systèmes de culture sans labour et les plantations forestières, qui rapportent relativement peu de bénéfices à la biodiversité indigène et peuvent même s'éloigner de l'objectif, si on les applique à des habitats naturels récemment convertis. De plus, les règles existantes pour les systèmes de compensation du carbone excluent certains types de projets écologiques du marché boursier, même s'ils permettraient d'éviter des émissions ou augmenter la séquestration de carbone organique. À mesure que les marchés émergents des compensations en carbone s'accroissent, il deviendra important de comprendre les cobénéfices et les effets secondaires des projets de compensation de valeurs autres que le carbone, incluant la biodiversité indigène.

Dernière mise à jour :