Publications du Service canadien des forêts

Harvesting and slash piling affect soil respiration, soil temperature, and soil moisture regimes in Newfoundland boreal forests. 2009. Moroni, M.T.; Carter, P.Q.; Ryan, D.A.J. Canadian Journal of Soil Science 89: 343-355.

Année : 2009

Disponible au : Centre de foresterie de l'Atlantique

Numéro de catalogue : 29594

La langue : Anglais

Disponibilité : Commander une copie papier (gratuite)

Sélectionner

Résumé

Les auteurs ont examiné l’incidence de la récolte du bois et de l’empilage des rémanents sur la respiration, la température et l’hygrométrie du sol dans une forêt de sapins baumiers (Abies balsamea) et d’épinettes noires (Picea mariana) située dans l’ouest de Terre-Neuve, deux mois à 2,5 ans après son exploitation. La récolte et l’empilage des rémanents modifient la température, l’hygrométrie et le taux de respiration du sol au cours des quatre mois qui suivent l’exploitation. Les secteurs de coupe à blanc sans rémanents (CC-S) se caractérisent par un taux de respiration nettement plus faible que les zones non exploitées (F). Cependant, ceux avec des rémanents (CC+S) présentaient un taux de respiration du sol sensiblement plus élevé. Lorsqu’on combine les zones exploitées avec et sans rémanents, on constate que la récolte du bois diminue le taux de respiration du sol dans les forêts d’épinettes noires, mais n’a aucune incidence sur ce paramètre dans celles de sapins baumiers. L’exploitation accroît la température du sol à 10 cm de profondeur, mais les sols CC+S étaient plus froids que les sols CC-S. Les zones déboisées ont tendance à sécher plus vite que les zones boisées, bien que la teneur en eau du sol à plus bas de 3,5 cm de profondeur ne soit pas beaucoup plus basse. On note toutefois des signes de dessèchement du sol à plus de 3,5 cm. C’est la température du sol (à 10 cm) au moment du relevé qui présente la plus forte corrélation avec le taux de respiration. La variabilité dans le temps et les effets du traitement (récolte et empilage des rémanents) jouent un rôle secondaire dans le taux de respiration du sol quand on corrige celui-ci en fonction de la température à 10 cm de profondeur. La teneur en eau du sol (3,5 à 9,5 cm de profondeur), qui varie peu, joue aussi un rôle secondaire dans le taux de respiration du sol.