Publications du Service canadien des forêts

Influence of microhabitat on bryophyte diversity in Ontario mixedwood boreal forest. 2008. Cole, H.A.; Newmaster, S.G.; Bell, F.W.; Pitt, D.G.; Stinson, A. Canadian Journal of Forest Research 38: 1867 - 1876.

Année : 2008

Disponible au : Centre de foresterie des Grands Lacs

Numéro de catalogue : 29176

La langue : Anglais

Disponibilité au SCF : PDF (demande par courriel)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI : 10.1139/X08-036

† Ce site peut exiger des frais.

Sélectionner

Résumé

À mesure que l’aménagement forestier s’intensifie, la conservation de la biodiversité forestière est de plus en plus préoccupante. On sait que les bryophytes représentent une portion considérable de la diversité végétale des forêts nordiques. Cela est dû au fait que la diversité des bryophytes est étroitement associée à la diversité des microhabitats. Dans cette étude, l’influence des microhabitats sur la diversité des bryophytes a été évaluée en comparant huit microhabitats différents dans la forêt boréale mixte. Nos résultats indiquent que la diversité des bryophytes (richesse, abondance et équitabilité) est plutôt variable entre les différents microhabitats. L’accumulation de la richesse en espèce en fonction de la quantité de microhabitats à l’intérieur d’un même peuplement varie aussi entre les microhabitats. L’analyse de la diversité bêta indique que la variété de microhabitats a une influence considérable sur la structure des communautés. Une analyse de fréquences a permis d’identifier les bryophytes qui préfèrent ou sont limités à certains microhabitats. Même si tous les microhabitats sont importants pour la biodiversité des bryophytes, les billes décomposées et les affleurements rocheux supportent le plus grand nombre d’espèces limitées à certains microhabitats et les affleurements rocheux supportent au total le plus grand nombre d’espèces. Une de nos recommandations pour l’aménagement forestier souligne la nécessité de reconnaître et d’aménager la variété naturelle de microhabitats qu’on retrouve en forêt, comme les débris ligneux au sol, de façon à conserver ou restaurer la diversité des bryophytes.