Publications du Service canadien des forêts

Effects of precommercial thinning on the tree growth and lumber quality of jack pine (Pinus banksiana Lamb.): results from a long-term study in the Acadian Forest Region, (Abstract only.) 2008. Swift, D.E.; Duchesne, I.; Zhang, S.Y.; Chauret, G., June 8-14, 2008, Koli, Finland. Natural Resources Canada, Canadian Forest Service, Canadian Wood Fibre Centre, Fredericton, N.B.

Année : 2008

Disponible au : Centre de foresterie de l'Atlantique

Numéro de catalogue : 28792

La langue : Anglais

Disponibilité : Non disponible (cliquer pour plus de détails)

Sélectionner

Résumé

Comme plusieurs conifères dans la région de la forêt acadienne, le pin gris (Pinus banksiana Lamb.) a tendance à se régénérer à forte densité (tiges/ha) après les perturbations naturelles ou l'exploitation forestière. Comme le pin gris est un des conifères les plus largement répandus en Amérique du Nord, les forêts qui en contiennent présentent une grande valeur pour la production de divers produits forestiers. On effectue souvent des éclaircies précommerciales pour réduire la concurrence intraspécifique et pour accélérer la croissance en bois marchand en stimulant la croissance radiale de chaque tige et en réduisant l'âge d'exploitabilité des arbres. On en sait pourtant peu sur les effets à long terme des pratiques sylvicoles intensives sur la croissance des arbres et les propriétés du bois. En outre, il manque de données à long terme concernant la croissance individuelle des arbres, la dynamique du peuplement et les effets sur les propriétés ligneuses dans les éclaircies commerciales de peuplements de pins gris.

En 1966, le ministère des Ressources naturelles du Nouveau Brunswick a lancé une étude dans un peuplement naturel de pins gris de 25 ans, établi après des feux au début des années 1930. Le peuplement, situé près d'Eel River Bridge (Nouveau Brunswick, Canada), fait l'objet d'une des plus longues études sur l'éclaircie précommerciale du pin gris dans l'est du Canada. Des blocs de 2 ha ont été traités à cinq intensités d'éclaircie : a) espacement de 1,2 m x 1,2 m, b) 1,5 m x 1,5 m, c) 2,1 m x 2,1 m, d) 2,7 m x 2,7 m, et e) dégagement variable (selon les arbres choisis pour le peuplement final). La zone témoin a été établie dans la forêt non aménagée environnante. En 2000, on a mesuré les arbres sur deux placettes d'échantillonnage (400 m2) pour chacun des traitements d'éclaircie suivants : a) témoin, b) 1,2 m x 1,2 m, c) 1,5 m x 1,5 m et d) 2,1 m x 2,1 m. Dans chacun des blocs éclaircis, six arbres couvrant l'étendue des DHP des classes marchandes ont été choisis au hasard (total de 154 arbres) et ont fait l'objet d'autres mesures avant qu'ils ne soient transformés dans une scierie de bois de colombage moderne. Un inspecteur qualifié a ensuite classé le bois, avant et après séchage au séchoir, selon les critères standard de la Commission nationale de classification des sciages. Les propriétés du bois de toutes les pièces produites ont été analysées à la division Forintek de FPInnovations à Québec, Canada.

Voici les conclusions qu'on peut tirer de cette étude de 34 ans sur l'éclaircie précommerciale : la largeur de la cime, le diamètre des branches, le défilement du tronc et la croissance des pins gris de peuplement final augmentent avec l'intensité de l'éclaircie. Par contre, plus l'éclaircie est intense, plus la rigidité à la flexion (module d'élasticité) et la résistance à la flexion (module de rupture) diminuent. Les arbres témoins ont fourni un peu plus de volume marchand que ceux des traitements d'éclaircie à 1,2 m x 1,2 m et à 1,5 m x 1,5 m, mais moins que ceux du traitement à 2,1 m x 2,1 m. Ainsi, le forestier ou le propriétaire foncier doit choisir entre accroître la croissance (en diamètre des arbres et en cubage de peuplement) ou la qualité du bois scié lorsqu'il décide de l'intensité d'éclaircie précommerciale dans un jeune peuplement dense de pins gris.