Publications du Service canadien des forêts

Detection of Bacillus cereus virulence factors in commercial products of Bacillus thuringiensis and expression of diarrheal enterotoxins in a target insect. 2007. Kyei-Poku, G.; Gauthier, D.; van Frankenhuyzen, K.; Pang, A. Canadian Journal of Microbiology 53: 1283 - 1290.

Année : 2007

Disponible au : Centre de foresterie des Grands Lacs

Numéro de catalogue : 28593

La langue : Anglais

Disponibilité au SCF : PDF (demande par courriel)

Sélectionner

Abstract

Nous avons examiné dans quatre insecticides biologiques commerciaux à base de différentes souches de Bacillus thuringiensis (sous-espèces kurstaki, israelensis, aizawai et tenebrionis), la présence de gènes codant de protéines d’entéro-toxigénicité connue (nhe, hbl, cytk, ces) ainsi que d’autres gènes de virulence présumés (piplc, sph, bceT, entFM, entS, entT). Des séquences appartenant à piplc et bceT étaient présentes dans tous les isolats; sph a été détecté chez aizawai et israelensis, entFM, chez israelensis seulement, et entS, chez kurstaki, israelensis et tenebrionis. Nous résultats corroborent les résultats précédents qui indiquaient que les isolats utilisés dans les produits commerciaux contiennent tous les gènes composants nhe et hbl mais pas le gène ces. Nous avons déterminé que le gène cytK présent dans les produits à base de kurstaki, israelensis et aizawai appartenaient au type cytK-2 et non au variant cytK-1 plus toxigénique, initialement isolé de l’entérocoque Bacillus cereus. Nous présentons la première preuve que les gènes d’entérotoxines hémolytiques (hblA) et non hémolytiques (nheA, nheB, nheC) sont exprimés lors de la septicémie chez l’insecte cible. Ceci ouvre la porte à leur participation possible dans la pathogenèse observée chez les insectes cibles. Si les entérotoxines ne contribuent pas à la pathogenèse bactérienne chez les insectes cibles, les gènes qui les codent pourraient être retirés des souches utilisées dans la production commerciale afin d’anticiper les perceptions de risques pour la santé publique.