Publications du Service canadien des forêts

Biomass estimates for major boreal forest species in west-central Canada. 2007. Miao, Z.; Li, Chao. Natural Resources Canada, Canadian Forest Service, Canadian Wood Fibre Centre, Edmonton, Alberta. Information Report FI-X-002. 37 p.

Année : 2007

Disponible au : Centre de foresterie du Nord

Numéro de catalogue : 28300

La langue : Anglais

Séries : Rapport d'information (CCFB - SCF)

Disponibilité : PDF (télécharger)

Sélectionner

Résumé

La biomasse forestière est la deuxième source d’énergie renouvelable en importance au Canada et un important réservoir dans le bilan mondial du carbone. Elle doit toutefois faire l’objet d’estimations plus précises. De nombreuses équations empiriques ont été élaborées durant les années 1980 afin d’estimer la biomasse forestière. Cependant, divers auteurs n’ont pas systématiquement fait état de la forme et des valeurs des paramètres de nombre de ces équations, même celles portant sur une même espèce, ce qui a eu pour effet de compliquer l’application de celles-ci. La présente étude a été entreprise afin d’examiner les méthodes existantes de mesure et d’estimation de la biomasse et de déterminer et d’évaluer celles qui pourraient être les plus utiles pour estimer la biomasse des principales espèces du centre-ouest du Canada à une grande échelle spatiale. Nous avons iv FI-X-002 comparé 17 équations de la biomasse et deux méthodes d’extrapolation de la biomasse couramment utilisées au niveau des arbres et des peuplements individuels pour les principales essences du centre-ouest du Canada. Les équations de la biomasse fournissaient habituellement des estimations plus constantes à l’égard des arbres de dimensions moyennes qu’à l’égard des arbres de petites ou de grandes dimensions. Les équations élaborées pour les provinces des Prairies et/ou pour des ensembles de données nationaux convenaient mieux à l’estimation de la biomasse des arbres individuels de six essences de la forêt boréale du centre-ouest du Canada. Nous n’avons constaté aucune différence significative entre la méthode fondée sur l’arbre moyen et la méthode faisant appel à la distribution normale pour extrapoler la biomasse d’un peuplement à partir de la biomasse des arbres individuels. Dans le cas de la biomasse des arbustes du sous-étage, nous n’avons relevé aucune différence significative entre les équations propres à une espèce. Comme il est recommandé d’utiliser des équations fondées sur la biomasse aérienne pour estimer la biomasse souterraine, il est donc essentiel d’estimer avec précision la biomasse aérienne afin d’être en mesure de déterminer avec exactitude la biomasse souterraine.