Publications du Service canadien des forêts

Linking forests and economic well-being: a four-quadrant approach. 2007. Wang, S.; DesRoches, C.T.; Sun, L.; Stennes, B.; Wilson, B.A.; van Kooten, G.C. Canadian Journal of Forest Research 37(10): 1821-1831.

Année : 2007

Disponible au : Centre de foresterie du Pacifique

Numéro de catalogue : 27962

La langue : Anglais

Disponibilité : Commander une copie papier (gratuite), PDF (télécharger)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI : 10.1139/X07-044

† Ce site peut exiger des frais.

Sélectionner

Résumé

Cet article a trois objectifs principaux : (i) examiner si l’approche des quatre quadrants introduite par J.S. Maini révèle une typologie applicable pour le regroupement de pays par produit brut intérieur (PBI) et par couvert forestier par habitant, (ii) déterminer si le cadre de travail peut améliorer notre compréhension de la relation qui existe entre le couvert forestier et le PBI par habitant et (iii) examiner pourquoi les pays occupent différents quadrants dans le modèle des quatre quadrants et déterminer les principaux facteurs qui influencent le mouvement des pays entre les quadrants et à l’intérieur même de chaque quadrant. L’étude démontre que les pays peuvent être classés en quatre grandes catégories et que la relation entre le PBI et le couvert forestier par habitant est faible et négative mais constante. Les résultats d’une analyse de régression entre la position ou les mouvements d’un pays dans le modèle des quatre quadrants et des variables économiques, institutionnelles, relatives au capital social ainsi que d’autres variables indiquent que les pays à l’intérieur de chaque quadrant ont plusieurs caractéristiques en commun et que les facteurs responsables du mouvement des pays diffèrent selon le quadrant observé. Dans l’ensemble, les pays présentant le moins de corruption et un plus haut niveau d’éducation ont de fortes chances de voir à la fois leur couvert forestier et leur PBI par habitant augmenter, alors que les pays qui exportent une proportion significative de leurs produits forestiers ont une faible probabilité d’accroître ces deux variables.