Publications du Service canadien des forêts

Interior spruce seedlings compared with emblings produced from somatic embryogenesis. III. Physiological response and morphological development on a reforestation site. 1994. Grossnickle, S.C.; Major, J.E. Canadian Journal of Forest Research 24: 1397-1407.

Année : 1994

Disponible au : Centre de foresterie de l'Atlantique

Numéro de catalogue : 27456

La langue : Anglais

Disponibilité : PDF (télécharger)

Sélectionner

Résumé

Nous avons planté des semis et des plants issus d’embryogénèse somatique d’épinette de l’intérieur (Picea glauca (Moench) Voss X Picea engelmannii Parry) sur un site de reboisement dans le centre de la Colombie-Britannique. Les patrons d’échange gazeux et de relations hydriques ont été suivis au cours de la première saison de croissance et le développement morphologique a été suivi au cours des deux premières saisons de croissance. Au cours de la période d’élongation des tiges, les potentiels osmotiques à saturation et au point de perte de turgescnce des deux types de plants se sont accrus alors que le modulus d’élasticité volumétrique maximal et le potentiel de pression de turgescence total ont décru, résultant en une turgescence utilisée de plus de 100%. De la mise en place des bourgeons, en fin juillet, jusqu’au 8 octobre, les potentiels osmotiques à saturation et au point de perte de turgescence ont décliné alors que le modulus d’élasticité volumétrique maximal et le potentiel de pression de turgescence total se sont accrus de 55 et 70% chez les deux types de plants. Il n’y a eu que peu de différences de relations hydriques des tiges entre les semis et les plants d’origine somatique. La conductance (gwv) des aiguilles de l’année et des aiguilles âgées de un an a décru de façon similaire chez les deux types de plants en réponse à un accroissement du déficit de pression de vapeur (VPD). L’analyse des surfaces de réponse de la photosynthèse nette (Pn) des aiguilles de l’année montre un accroissement de Pn jusqu’à un rayonnement photosynthétiquement actif (PAR) de 1000 mmol.m-2.s-1 et un plafonnement par la suite, mais une baisse de Pn à tous les niveaux de PAR suite à un accroissement de VPD. Le Pn des plants d’origine somatique était de 15% supérieur à celui des semis en conditiosn de terrain optimale (VPD <3,0 kPa et PAR >1000 mmol.m-2.s-1). L’accroissement de Pn était relié linéairement à celui de gwv chez les deux types de plants; pour une valeur de gwv donnée, le Pn des aiguilles de un an était plus élevé que celui des aiguilles de l’année. Les croissances en hauteur et en diamètre des deux premières saisons de croissance étaient similaires chez les semis et chez les plants d’origine somatique. Les masses racinaires des deux types de plants étaient similaires après ces deux saisons. Après le premier hiver au champ, les taux de survie étaient respectivement de 87% et de 91% chez les semis et les plants d’origine somatique; le pourcentage de dommage foliaire hivernal était moins élevé chez les plants d’origine somatique. Les résultats indquent des performances au champ comparables de semis et des plants d’origine somatique après deux saisons de croissance sur un site de reboisement.