Publications du Service canadien des forêts

Air quality in natural areas: interface between the public, science and regulation. 2007. Percy, K.E.; Karnosky, D.F. Environmental Pollution 149: 256-267.

Année : 2007

Disponible au : Centre de foresterie de l'Atlantique

Numéro de catalogue : 27437

Langue : Anglais

Disponibilité au SCF : Commander une copie papier (gratuite), PDF (télécharger)

Résumé

Les aires naturelles représentent des interfaces importantes entre la qualité de l'air, le public, les sciences et la réglementation. Aux États-Unis et au Canada, les parcs nationaux ont accueilli plus de 315 millions de visiteurs en 2004. Bon nombre d'aires naturelles connaissent des problèmes de réduction de la visibilité, d'augmentation des niveaux d'ozone (O3) et d'accroissement des dépôts d'azote. L'ozone est le polluant atmosphérique le plus puissant des aires naturelles d'Amérique du Nord. Il existe une documentation scientifique abondante sur les relations entre l'exposition à l'O3 et la réaction des arbres en laboratoire et, plus récemment, à l'air libre. Mais nous connaissons moins les impacts de l'O3 sur les écosystèmes terrestres naturels. Pour que les méthodes d'évaluation des risques de l'O3 pour les forêts naturelles soient scientifiquement défendables, les résultats finaux des travaux de mesure à l'échelle des espèces doivent avoir une résonance sociale, économique et écologique. Les indices d'exposition fondés sur des résultats finaux appropriés représentent un moyen sous-utilisé de répondre à ce besoin. Les indices exposition-réaction des plantes devraient être significatifs sur le plan statistique, présenter une grande qualité d'ajustement, être plausibles sur le plan biologique et comprendre des intervalles de confiance pour définir le degré d'incertitude. Ils doivent aussi être étayés par des fonctions exposition-réaction et être faciles à utiliser dans un contexte de réglementation de la qualité de l'air. Les indices exposition-réaction élaborés pour l'air ambiant pourraient grandement améliorer l'évaluation des risques pour les forêts naturelles et enrichir la documentation scientifique existante.

Dernière mise à jour :