Publications du Service canadien des forêts

Virulence of, and interactions among, mountain pine beetle associated blue-stain fungi on two pine species and their hybrids in Alberta. 2007. Rice, A.V.; Thormann, M.N.; Langor, D.W. Canadian Journal of Botany 85(3): 316-323.

Année : 2007

Disponible au : Centre de foresterie du Nord

Numéro de catalogue : 27354

Langue : Anglais

Disponibilité au SCF : Commander une copie papier (gratuite), PDF (demande par courriel)

Résumé

Le dendroctone du pin (MPB) est le plus important ravageur du pin lodgepole dans l’ouest canadien, et on prédit qu’il s’étendra au pin gris dans la forêt boréale au cours des prochaines années. La colonisation de l’arbre hôte, par les champignons du bleuissement qui lui sont associés, semble nécessaire pour la reproduction de l’insecte. On retrouve trois espèces de champignons du bleuissement, associés au MPB en Alberta : Grosmannia clavigera (Robinson-Jeffery and Davidson) Zipfel, de Beer, and Wingfield (= Ophiostoma clavigerum (Robinson-Jeffery and Davidson) Harrington), Ophiostoma montium (Rumbold) von Arx, et Leptographium longiclavatum Lee, Kim, and Breuil. L’inoculation expérimentale montre que les trois champignons causent des lésions sur le pin lodgepole, le pin gris et leurs hybrides. Dans l’ensemble, les lésions sont plus longues sur le pin gris et ses hybrides que sur le pin lodgepole, ce qui suggère que le développement du champignon ne limitera pas le succès du MPB sur essences. Les différences de longueur des lésions causées par les trois espèces fongiques sont minimales, les seules différences significatives étant observées sur le pin hybride et entre le O. montium et les autres traitements fongiques. Dans l’ensemble, les lésions causées par des combinaisons de ces trois champignons (en paires ou tous ensemble) ne diffèrent pas significativement en longueur, de celles causées par les champignons individuels, et aucun de ces champignons n’exclut les autres par compétition. Ces observations suggèrent que les trois espèces de champignon sont pathogènes pour les pins de la forêt boréale et que la virulence des trois espèces est comparable.

Dernière mise à jour :