Publications du Service canadien des forêts

Forest fire-conducive drought variability in the southern Canadian boreal forest and associated climatology inferred from tree rings. 2006. Girardin, M.-P.; Tardif, J.C.; Flannigan, M.D.; Bergeron, Y. Can. Water Resour. J. 31: 275-296.

Année : 2006

Disponible au : Centre de foresterie des Laurentides

Numéro de catalogue : 26965

La langue : Anglais

Disponibilité au SCF : PDF (demande par courriel)

Sélectionner

Abstract

Les feux de forêt sont fortement influencés par l'état du système climatique. Le lien étroit qui existe entre le climat et les feux ainsi que la nature dynamique de l'état du système climatique conduisent à des variations temporelles dans l'étendu, la sévérité et la fréquence des feux. Par exemple, plusieurs reconstitutions historiques des feux de forêt à travers le Canada boréal rapportent une diminution de l'activité des feux depuis 1850 qui pourrait en partie due à des changements du climat. Dans la présente étude, nous décrivons les progrès réalisés dans la caractérisation de la variabilité des sécheresses propices aux feux de forêt au cours des trois derniers siècles du centre à l'est de la forêt boréale canadienne. Un réseau étendu de séries d'accroissement radial d'espèces arborescentes sensibles à la sécheresse en provenance du Manitoba, du Québec et de l'Ontario, a été utilisé pour développer cinq reconstitutions multi-centenaires de l'indice de sécheresse canadien (CDC) de juillet et une reconstitution des températures moyennes de juillet et août. Des analyses de corrélation effectuées sur des données régionales de l'activité des feux (période commune 1959-1998) ont démontré que les estimés de sécheresses étaient sufisamment fiables pour inférer la variabilité temporelle de l'activité des feux. Ces estimés sont donc pertinents pour l'étude de l'impact des changements climatiques sur la forêt canadienne. Des analyses de corrélation spatiale sur la période 1768-1998 ont démontré que la variabilité entre l'ouest et l'est s'est accentuée depuis le milieu du 19e siècle, en particulier pour la variabilité interdécennale et la fréquence d'événements extrêmes. À partir des caractéristiques synoptiques des sécheresses récentes, nous interprétons ce changement dans la variabilité comme une réponse à une augmentation de la fréquence des crêtes et creux barométriques au-dessus de l'ouest et de l'est du Canada, respectivement. L'accroissement du mouvement horizontal d'air humide sur l'est du Canada depuis 1850 pourrait avoir contribué à la création de conditions plus humides qui sont moins propices aux feux.