Publications du Service canadien des forêts

Is Intensive Forest Management a misnomer? An Ontario-based discussion of terminology and an alternative approach. 2006. Bell, F.W.; Pitt, D.G.; Wester, M.C. The Forestry Chronicle 82: 662-674.

Année : 2006

Disponible au : Centre de foresterie des Grands Lacs

Numéro de catalogue : 26825

La langue : Anglais

Disponibilité au SCF : PDF (demande par courriel)

Sélectionner

Résumé

L’expression aménagement forestier fait référence à la science et à la gestion d’une propriété forestière, qui, sur les terres publiques de l’Ontario, constitue généralement une unité d’aménagement forestier. La sylviculture est un élément de l’aménagement forestier qui fait référence à une suite d’activités réalisées au niveau du peuplement dans le but de contrôler la composition et la croissance d’un peuplement. L’aménagement forestier intensif (AFI) est un concept qui a fait l’objet de discussion et d’étude depuis au moins 30 ans en Ontario. À l’origine, ce concept porte sur une forêt aménagée de façon intensive dans laquelle la plupart des peuplements sont assujettis à des pratiques sylvicoles relativement intenses. Avec le temps, tant les forestiers professionnels que les gestionnaires ont commencé à utiliser le terme AFI en tant que synonyme de sylviculture intensive. Il en résulte que l’expression AFI a été utilisée erronément en référence aux activités réalisées au niveau des peuplements dans plusieurs définitions ayant été fait l’objet de publication ainsi que dans d’importants documents de politiques ce qui a créé de la confusion au sein de la communauté scientifique, des professionnels et du public. Cette confusion fait en sorte qu’il a été difficile d’implanter certains points de l’Entente forestière de l’Ontario de 1999 qui fait appel à l’utilisation de l’AFI (dans les faits la sylviculture intensive) pour accroître la croissance et la productivité des forêts dans certaines régions afin de palier aux retraits de territoires destinés à former des parcs et des zones protégées. Nous demandons aux gestionnaires forestiers d’utiliser l’expression AFI correctement et de représenter l’aménagement forestier aux personnes impliquées sous la forme d’un ensemble de régimes de perturbations d’origine naturelle ou encore anthropogénique. Selon cette approche, les gestionnaires forestiers pourraient mieux définir l’intensité de l’aménagement forestier pour leur territoire.