Publications du Service canadien des forêts

Juvenile response to conifer release alternatives on aspen-white spruce boreal mixedwood sites. Part II: Quality of aspen regeneration. 2005. Greifenhagen, S.; Pitt, D.G.; Wester, M.C.; Bell, F.W. The Forestry Chronicle 81: 548-558.

Année : 2005

Disponible au : Centre de foresterie des Grands Lacs

Numéro de catalogue : 26824

La langue : Anglais

Disponibilité : PDF (demande par courriel)

Sélectionner

Résumé

Cette étude, un élément du Fallingsnow Ecosystem Project, a été conçue pour analyser les effets des traitements de dégagement des résineux sur la qualité du peuplier faux-tremble (Populus tremuloides Michx.) en régénération. Un dispositif par blocs aléatoires a été utilisé pour comparer les trembles non traités aux trembles croissant sur des superficies traitées par coupe extensive (débroussailleuse et Silvana Selective) et par deux traitements de pulvérisation d’herbicide (glyphosate et triclopyr) Le traitement au glyphosate a virtuellement éliminé le tremble, alors que le triclopyr a eu tendance à détruire la pousse apicale entraînant une dominance latérale. Les deux traitements automnaux ont provoqué un drageonnement prolifique à partir des racines de tremble ainsi que des rejets de taillis. La coloration du bois était présente chez tous les trembles du site de l’étude dans le cas des tiges résiduelles blessées et non traitées, indiquant que la coloration s’installe rapidement parmi les jeunes drageons de tremble. Les tiges blessées lors des traitements démontraient une plus forte incidence de carie (33 % des tiges coupées et 10 % des tiges endommagées par les herbicides) que parmi les tiges non traitées de tremble (8 % des tiges); cependant, le volume de carie était faible dans le cas de tous les traitements (1 à 4 % du volume total des tiges). La localisation de la carie (par ex., près du niveau du sol dans le cas des tiges coupées) était plus évidente parmi les racines des trembles blessés par les traitements et les trembles non traités que chez les drageons issus à la suite des traitements. Ces différences peuvent être attribuées à la proximité des souches mères, la fréquence des blessures aux racines et l’âge avancé des tiges blessées et non traitées.