Publications du Service canadien des forêts

Spruce beetle and the forests of the southwest Yukon. 2007. Garbutt, R.W.; Hawkes, B.C.; Allen, E.A. Natural Resources Canada, Canadian Forest Service, Pacific Forestry Centre, Victoria, BC. Information Report BC-X-406. 68 p.

Année : 2007

Disponible au : Centre de foresterie du Pacifique

Numéro de catalogue : 26731

Langue : Anglais

Séries : Rapport d'information (CFP - Victoria)

Disponibilité au SCF : Commander une copie papier (gratuite), PDF (télécharger)

Résumé

Au début des années 1990, les populations de dendroctone de l’épinette (Dendroctonus rufipennis (Kirby), Coleoptera : Scolytidae) ont atteint des niveaux épidémiques et ont commencé à décimer les épinettes blanches (Picea glauca) affaiblies par la sécheresse dans le parc national et la réserve Kluane, dans le sud-ouest du Yukon. En 1994, quand l’infestation a été découverte, le dendroctone avait déjà ravagé 32 000 hectares d’épinettes et s’était déplacé du bassin de drainage de la rivière Alsek, à l’intérieur du parc, jusque sur les terres forestières publiques et les terres des Premières nations visées par un règlement le long du sillon de Shakwak, au nord de Haines Junction. En 2000, tandis que l’infestation continuait de s’étendre, on a décidé d’établir un réseau de parcelles d’étude à l’intérieur des peuplements infestés afin d’évaluer et de documenter les changements survenus à l’étage supérieur et au sous-étage du couvert forestier, de même qu’à la flore adjacente. De plus, en raison du risque d’incendie grandement accru que présentaient les arbres ravagés par le dendroctone, les combustibles de surface et à la couronne des arbres ont été analysés, puis un système d’évaluation des risques immanents d’incendie a été mis au point. Entre 2000 et 2002, 27 parcelles d’étude ont été établies entre le lac Kluane au nord et le village Klukshu au sud, ainsi qu’à l’est, dans la vallée de la rivière Dezadeash, jusqu’à Canyon. Au moment de la préparation du présent rapport, le dendroctone de l’épinette continuait de détruire des arbres sur de vastes étendues. La zone d’infestation dépassait les 350 000 hectares et des arbres continuaient de mourir à l’intérieur de certaines des parcelles d’étude. Ce rapport d’établissement résume les conclusions de la première ronde d’analyses et servira de point de référence pour les analyses futures. La deuxième ronde d’analyses s’effectuera quelques années après la fin de l’infestation de dendroctone, lorsque les arbres auront commencé à se délester d’une partie de leur combustible léger. Cela permettra aux peuplements de commencer à s’adapter à la perte totale ou partielle de l’étage supérieur d’épinettes blanches. De plus, la plus grande quantité de lumière pénétrant jusqu’au tapis forestier aura commencé à stimuler la croissance du sous-étage forestier et de la végétation de surface.

Dernière mise à jour :