Publications du Service canadien des forêts

Relationship between balsam fir sawfly density and defoliation in balsam fir. 2005. Parsons, K.; Quiring, D.T.; Piene, H.; Moreau, G. Forest Ecology and Management 205: 325-331.

Année : 2005

Disponible au : Centre de foresterie de l'Atlantique

Numéro de catalogue : 26532

La langue : Anglais

Disponibilité : PDF (télécharger)

Sélectionner

Résumé

Une étude sur le terrain, d’une durée de deux ans, sur le diprion du sapin, Neodirpion abietis (Harris), et du sapin baumier, Abies balsamea (L.) Mill., a été effectuée pour déterminer :(1) les modes temporels de la défoliation et de la réduction de la masse foliaire attribuables aux premiers et derniers stades larvaires; (2) les pertes de croissance en volume des branches et de la tige causées par la défoliation exercée par les larves; (3) le degré d’autonomie des branches et la possibilité de les utiliser pour estimer les pertes de croissance de la tige résultant de la défoliation. Cette étude a aussi permet de déterminer les rapports entre la défoliation, ou la masse foliaire, et la croissance en volume des branches et de la tige. Au cours de la première année, la défoliation, la réduction de la masse foliaire et le développement des larves ont été plus rapides en raison des températures plus chaudes; néamoins, les deux années, les niveaux de défoliation et de réduction de la masse foliaire étaient similaires en fin de saison. Les niveaux cumulatifs de défoliation sont passés de moins de 5 % au début de l’étude à 35 % à l’automne 1999 et à 63 % à l’automne 2000. Les deux années, le feuillage d’un an a été plus fortement défolié, et la majeure partie de la défoliation et de la réduction de la masse foliaire s’est produite après le début du troisième stade larvaire. D’après les rapports de l’accroissement annuel en volume pour chaque branche et chaque arbre, les pertes moyennes d’accroissement en volume en 1999 et 2000 ont été, respectivement, de 20 et 42 % pour les branches observées et de 12 et 35 % pour les tiges. La comparaison de l’accroissement moyen en volume pour les branches témoin et les branches observées a fourni des estimations similaires de la perte de croissance, soit 12 et 46 %, respectivement, pour 1999 et 2000. Un rapport a été établi entre la masse foliaire après l’attaque du diprion et la croissance en volume des branches et de la tige, mais la défoliation a seulement pu être reliée à la perte de volume des branches. Malgré le rapport étroit entre la croissance des branches et celle de la tige, aucun rapport n’a été observé entre les pertes de croissance d’une branche et celles de la tige. La coupe et la mesure de branches représenteraient une solution de rechange pratique à la coupe des arbres pour estimer la croissance en volume de la tige du sapin baumier.