Publications du Service canadien des forêts

Dynamics of regeneration gaps following harvest of aspen stands. 2006. MacIsaac, D.A.; Comeau, P.G.; Macdonald, S.E. Canadian Journal of Forest Research 36(7): 1818-1833.

Année : 2006

Disponible au : Centre de foresterie du Nord

Numéro de catalogue : 26250

Langue : Anglais

Disponibilité au SCF : Commander une copie papier (gratuite), PDF (demande par courriel)

Résumé

Cette étude se penche sur la dynamique de développement des trouées dans cinq peuplements régénérés après une coupe et dominés par le peuplier faux-tremble (Populus tremuloides Michx.) dans le nord-ouest de l'Alberta. Le patron évolutif du développement des trouées a été déterminé à partir de l'analyse de photographies aériennes prises avant la coupe et un, quatre, 10 et 12 ans après la coupe. Dans chaque peuplement, la superficie couverte par des trouées a augmenté après la coupe en raison de l'ajout de trouées causées par la récolte à celles qui étaient présentes avant la coupe. Les blocs que les auteurs ont étudiés avaient une superficie combinée couverte par des trouées de 29 %, 12 ans après la coupe. Ils ont mesuré les caractéristiques de la régénération et les conditions des microsites, du sol, de la lumière et du broutement dans 30 trouées des peuplements régénérés en peuplier (trouées dans la régénération qui n'étaient pas apparentes avant la coupe et qui n'ont pas été causées par des perturbations évidentes reliées à la récolte) 14 ans après la coupe. Même si les tiges feuillues présentes dans les trouées formées après la coupe avaient le même âge que les arbres situés à l'extérieur des trouées (c.-à-d. dans une matrice pleinement régénérée de peupliers du même âge nouvellement établis), ils étaient souvent opprimés et montraient une densité et une croissance plus faibles. Dans les peuplements de peuplier âgés de 14 ans régénérés après coupe, la hauteur des peupliers variait de un à 11 m et cette variation substantielle semblait largement attribuable à l'influence du broutement. Il y avait peu d'indices qu'un processus actif de régénération soit à l'œuvre dans ces trouées, ce qui indique qu'elles vont probablement persister dans le temps et affecter la distribution et le volume futurs en espèces feuillues. Les processus à l'origine de la formation de ces trouées ne sont pas connus, mais les résultats indiquent qu'elles ne sont pas dues à des conditions édaphiques ou à des maladies dans les peuplements d'origine. Il y a des indices que le couvert de Calamagrostis canadensis (Michx.) Beauv. et le broutement seraient des facteurs importants favorisant le maintien des trouées dans la régénération après coupe. Cependant, l'hétérogénéité spatiale engendrée par les trouées pourrait être avantageuse dans le cadre d'un aménagement écosystémique imitant les perturbations naturelles ou comme modèle pour un aménagement de la forêt mixte où l'épinette blanche (Picea glauca (Moench) Voss) s'établit dans les trouées.

Dernière mise à jour :