Publications du Service canadien des forêts

Decomposition, delta 13C, and the “lignin paradox” 2006. Preston, C.M.; Trofymow, J.A.; Flanagan, L.B. Canadian Journal of Soil Science 86: 235-245.

Année : 2006

Disponible au : Centre de foresterie du Pacifique

Numéro de catalogue : 26211

La langue : Anglais

Disponibilité au SCF : Commander une copie papier (gratuite), PDF (télécharger)

Sélectionner

Résumé

La quantité de 13C (delta 13C) présente dans la nature augmente généralement avec la décomposition de la matière organique. Cette constatation contredit la baisse de concentration prévue, l'hypothèse étant que c'est la lignine qui devrait s'accumuler au lieu de l'isotope plus lourd de la cellulose. Les auteurs voulaient savoir si le 13C s'épuise vraiment dans les grumes de gymnospermes qui donnent habituellement une pourriture brune riche en lignine. Avec la hausse de la concentration de lignine (déterminée au préalable par RMN), la teneur en delta 13C a tendance à devenir négative dans les échantillons de Pseudotsuga menziesii, Tsuga heterophylla, Thuja plicata et des espèces non identifiées venant des chronoséquences de la forêt côtière du sud de l'île Vancouver. Dans une série d'échantillons plus importante n'ayant pas été analysés par RMN, la concentration de delta 13C était significativement plus faible dans les spécimens à décomposition la plus avancée, et la concentration totale de carbone présentait une corrélation négative avec l'isotope delta 13C, confirmant la concentration supérieure de carbone issu de la lignine plutôt que de la cellulose. Les liens entre la concentration totale de carbone et celle de delta 13C avec la densité sont nettement plus ténus. Les auteurs parlent des causes de la variabilité de la concentration de delta 13C dans les débris ligneux grossiers prélevés aux différents sites et du paradoxe apparent quant à l'évolution de la teneur en delta 13C attribuable à la décomposition. Ce paradoxe résulte, selon eux, d'une confusion entre la lignine, polymère biologique synthétisé par les plantes supérieures, et le résidu acide non hydrolysable laissé par la méthode d'analyse immédiate couramment employée pour évaluer la qualité de l'humus dans les études sur la décomposition.