Publications du Service canadien des forêts

Soil physical property changes at the North American Long-Term Soil Productivity study sites: 1 and 5 years after compaction. 2006. Page-Dumroese, D.S.; Jurgensen, M.F.; Tiarks, A.E.; Ponder, F., Jr.; Sanchez, F.G.; Fleming, R.L.; Kranabetter, J.M.; Powers, R.F.; Stone, D.M.; Elioff, J.D.; Scott, D.A. Canadian Journal of Forest Research 36: 551-564.

Année : 2006

Disponible au : Centre de foresterie des Grands Lacs

Numéro de catalogue : 26167

Langue : Anglais

Disponibilité au SCF : PDF (demande par courriel)

Résumé

Il est important de comprendre l'impact des interventions dictées par l'aménagement forestier sur les propriétés physiques du sol étant donné qu'elles peuvent modifier de façon significative la productivité d'une station en altérant le potentiel de croissance des racines, l'infiltration d'eau, l'érosion du sol et la disponibilité de l'eau et des nutriments. Les auteurs ont étudié les changements dans la résistance et la densité apparente du sol en tant qu'indicateurs de la compaction du sol avant la récolte ainsi qu'un et 5 ans après la récolte et la préparation du terrain dans 12 stations du projet nord-américain de productivité des sols à long terme. Les traitements de compaction sévère du sol s'approchaient de la densité apparente inappropriée pour les racines pour chaque texture de sol alors que les degrés modérés de compaction du sol se situaient entre des valeurs allant de sévères à celles obtenues avant la récolte. Immédiatement après la récolte dans les parcelles où la compaction du sol était sévère, la densité apparente du sol variait de 1 % moins élevée à 58 % plus élevée qu'avant la récolte pour l'ensemble des sites. L'augmentation de la compaction du sol était observable jusqu'à une profondeur de 30 cm. Après 5 ans, le rétablissement de la densité apparente dans les sols à texture grossière était évident en surface (0–10 cm) mais pas aussi évident en profondeur (10–30 cm); presque aucun rétablissement n'était apparent dans les sols à texture fine. Mesurée en pourcentage, l'augmentation de la densité apparente initiale était plus forte dans les sols à texture fine comparativement aux sols à texture grossière surtout à cause d'une densité apparente initiale plus élevée dans les sols à texture grossière. La mise au point de méthodes de suivi des sols applicables à tous les types de sol pourrait ne pas être appropriée et des techniques mieux adaptées à chaque site pourraient être nécessaires pour le suivi du sol après une perturbation.

Dernière mise à jour :