Publications du Service canadien des forêts

Effects of harvesting and soil disturbance on soil CO2 efflux from a jack pine forest. 2006. Fleming, R.L.; Laporte, M.F.; Hogan, G.D.; Hazlett, P.W. Canadian Journal of Forest Research 36: 589-600.

Année : 2006

Disponible au : Centre de foresterie des Grands Lacs

Numéro de catalogue : 26166

Langue : Anglais

Disponibilité au SCF : PDF (demande par courriel)

Résumé

Les auteurs ont mesuré les effets de l'enlèvement de la matière organique et de la compaction du sol sur le débit de CO2 (F) à la surface du sol dans une forêt de pin gris (Pinus banksiana Lamb.) et ils ont développé un cadre analytique comportant des fonctions de réponse multiplicatives pour interpréter la réaction. Les traitements incluaient la récolte du fût seulement (OM0C0), l'exploitation par arbres entiers (OM1C0), l'exploitation par arbres entiers avec l'enlèvement du sol en surface (OM2C0), l'exploitation par arbres entiers avec l'enlèvement du sol en surface et la compaction du sol (OM2C2) et une forêt non coupée. La valeur moyenne de F et la valeur de F calculée à 10 °C dans des conditions non limitantes d'humidité du sol (F10) étaient les plus élevées dans les traitements où la surface organique était intacte et souvent plus élevées dans le traitement OM2C0 que dans le traitement OM2C2. F10 était étroitement relié de façon linéaire avec la production de débris dans les parcelles récoltées, avec le carbone total près de la surface dans toutes les parcelles et positivement corrélé avec le couvert en sous-étage. La valeur de F augmentait exponentiellement avec la température du sol; la réaction la moins prononcée a été observée dans la forêt non coupée et la plus prononcée dans le traitement OM2C0. La valeur de F répondait aussi de façon parabolique au contenu relatif en eau du sol. Dans la forêt non coupée, la valeur de F était souvent faible en mai parce que le sol était froid, mais atteignait subséquemment des taux équivalents à ceux observés dans les traitements OM0C0 et OM1C0 malgré des températures du sol plus basses. Trois à cinq saisons après les traitements, la température et l'humidité du sol, combinées à F10, expliquaient 71–87 % de la variation de F au niveau de la parcelle.

Dernière mise à jour :