Publications du Service canadien des forêts

Modeling carbon sequestration with CO2Fix and a timber supply model for use in forest management planning. 2006. Neilson, E.T.; MacLean, D.A.; Arp, P.A.; Meng, F.-R.; Bourque, C.P-A.; Bhatti, J.S. Canadian Journal of Soil Science (Special Issue) 86(2): 219-233.

Année : 2006

Disponible au : Centre de foresterie du Nord

Numéro de catalogue : 26109

Langue : Anglais

Disponibilité au SCF : Commander une copie papier (gratuite), PDF (télécharger)

Résumé

Depuis quelques années, on intègre la dynamique du carbone (C) et l’aménagement forestier, principalement parce que le Protocole de Kyoto stipule que l’évolution des stocks de C forestiers pourrait entrer dans la comptabilisation des émissions de gaz à effet de serre. L’article que voici propose aux aménagistes forestiers un modèle permettant d’évaluer les réserves de C. Les auteurs recourent à des modèles empiriques de la croissance et du rendement pour parvenir à une offre soutenable de bois d’oeuvre, à l’intention des sociétés forestières. Ces modèles font appel à la programmation linéaire pour résoudre le problème mathématique complexe qu’est la détermination du moment et de l’importance de l’exploitation forestière et des interventions sylvicoles. Les auteurs ont évalué les conséquences d’un aménagement forestier « ordinaire » et d’un aménagement ayant pour but de maximiser la séquestration du C. Ils se sont servis de la programmation des objectifs pour réduire au minimum l’écart par rapport à deux objectifs de gestion du C forestier : son optimisation et la maximisation du rendement des investissements (valeur nette actuelle des produits de bois d’oeuvre). Ils ont recouru à des facteurs de conversion boiscontenu en carbone pour des espèces précises afin de paramétrer le volume de C dans les peuplements des boisés de la base militaire de Gagetown, au Nouveau-Brunswick (Canada). La programmation des objectifs atténue les pertes de revenus liées à l’accroissement des réserves de C de la forêt. Lors des simulations, une exploitation partielle et la fabrication de produits finaux à valeur élevée ont tendance à augmenter les stocks de C et aboutissent à un meilleur rendement des investissements.

Dernière mise à jour :