Publications du Service canadien des forêts

Application of the forest ecosystem model EFIMOD 2 to jack pine along the Boreal Forest Transect Case Study. 2006. Shaw, C.H.; Chertov, O.; Komarov, A.; Bhatti, J.S.; Nadporozskaya, M.; Apps, M.J.; Bykhovets, S.; Mikhailov, A. Canadian Journal of Soil Science (Special Issue) 86(2): 171-185.

Année : 2006

Disponible au : Centre de foresterie du Nord

Numéro de catalogue : 26108

La langue : Anglais

Disponibilité au SCF : Commander une copie papier (gratuite), PDF (télécharger)

Sélectionner

Résumé

La pérennité des écosystèmes forestiers et le changement climatique sont deux éléments d’importance capitale pour les écosystèmes forestiers du Canada. Pour bien les saisir, il importe de comprendre les liens et l’équilibre entre la productivité et les processus du sol, ainsi que leurs interactions avec les perturbations naturelles et anthropiques. On peut se servir de modèles de l’écosystème forestier pour analyser et prévoir la dynamique de l’écosystème de la forêt boréale. EFIMOD 2 est un modèle de l’écosystème forêts-sol reposant sur un seul arbre. Il reproduit la rétroaction de l’azote par rapport à la productivité consécutivement à une modification de la teneur en eau et de la température du sol. On s’en est servi avec succès en Europe, mais le modèle n’a pas été étalonné pour les écosystèmes forestiers canadiens. La présente étude avait pour but de paramétrer et de valider ce modèle pour le pin gris, au Canada. Les résultats obtenus par simulation et sur le terrain concordent quant à la modification, d’une part, de la quantité de carbone contenue dans la biomasse des arbres et, d’autre part, de la concentration de carbone et d’azote dans le sol attribuable au vieillissement des peuplements, le long du gradient climatique allant de la limite sud à la limite nord de la forêt boréale. Les résultats préliminaires des essais effectués selon divers scénarios indiquent qu’on peut efficacement se servir du modèle EFIMOD 2 pour prévoir l’incidence des pratiques d’aménagement forestier et du changement climatique sur les peuplements de pin gris de la forêt boréale canadienne en l’absence de perturbation naturelle. Le modèle est en train d’être perfectionné afin de tenir compte des effets des perturbations naturelles.