Publications du Service canadien des forêts

Fungi vectored by the introduced bark beetle Tomicus piniperda in Ontario, Canada, and comments on the taxonomy of Leptographium lundbergii, Leptographium terebrantis, Leptographium truncatum, and Leptographium wingfieldii. 2005. Hausner, G.; Iranpour, M.; Kim, J.-J.; Breuil, C.; Davis, C.N.; Gibb, E.A.; Reid, J.; Loewen, P.C.; Hopkin, A.A. Canadian Journal of Botany 83: 1222-1237.

Année : 2005

Disponible au : Centre de foresterie des Grands Lacs

Numéro de catalogue : 26059

Langue : Anglais

Disponibilité au SCF : PDF (demande par courriel)

Résumé

Les auteurs ont isolé les champignons qui se retrouvent dans les galeries du Tomicus piniperda (L.), formées dans des tronçons pièges et des arbres debout, ainsi que directement à partir d’insectes; ils ont identifié ces champignons en utilisant des caractéristiques morphologiques, et des données moléculaires obtenues de régions de l’ADN nucléique et mitochondrial. Les espèces identifiées regroupent les Leptographium wingfieldii Morelet, Leptographium procerum (Kendr.) Wingf., Leptographium lundbergii Lag. & Melin sensu Jacobs & Wingfield, Ophiostoma ips (Rumb.) Nannf., Ophiostoma minus (Hedg.) H. & P. Syd et le Sphaeropsis sapinea sensu lato. On croit que le L. wingfieldii est un champignon introduit potentiellement pathogène, mais les données de séquençage suggèrent une relation possible entre cette entité et le téléomorphe de l’Ophiostoma aureum (Robinson-Jeffrey & David) T.C. Harrington (mentionné en Colombie Canadienne et dans l’ouest des USA). Les données obtenues à partir de cultures de l’ex-type du Leptographium terebantis Barras & Perry, une espèce morphologiquement très semblable au L. wingfieldii, montrent que cette entité se regroupe également avec le L. wingfieldii. Les auteurs ont de plus identifié des souches du Leptographium truncatum (Wingf. & Marasas) Wingf.; on a déjà fait de cette espèce un synonyme du L. lundbergii, mais les données ici présentées indiquent qu’il s’agit d’espèces distinctes et, conséquemment, le nom de L. truncatum devrait être rétabli. Les auteurs rapportent également une présence extensive du L. procerum en Ontario. Auparavant considérée comme une espèce du sud, souvent associée aux maladies du dépérissement racinaire chez les pins, cette entité a été occasionnellement mentionnée dans l’état de New York, et une fois chacune pour les provinces d’Ontario et de Québec.

Dernière mise à jour :